Accueil

j’accepte les critiques constructives faites avec courtoisie, même si elles font mal à l’ego.

 

Si on m’avait dit...

 

Si pour mes cinquante-cinq ans, on m’avait dit que je ne mourrais jamais...

 

Si d’aventure

Je deviens vieux,

Que tu me vois

Le geste mou

NOSTALGIE

(J’étais très très jeune)

 

Il s’appelait Thomas

Par ma main                          

Lors d’une très belle soirée de printemps, le bébé Marcel Amour naquit. La ferme n’était qu’à trois lancers de caillou du bourg. Le docteur était venu à pied pour aider la future maman et il repartit titubant et chantant aux cieux. La gniole du père Amour ne volait pas sa réputation.

Musta appuya ses deux moignons sur l’éponge imbibée d’encre. Le policier lui présenta un cahier d’écolier ouvert. Musta appliqua doucement le bout de ses deux bras sur la page de droite. Deux taches informes. Le regard de Musta glissa sur la page de gauche, celle d’hier. Deux taches. Comme tous les jours le policier lui fit remarquer qu’elles étaient presque identiques.

C’est par un beau clair de lune que ma chatte, Arabesque, sortit enfin de sa rêverie un brin mélancolique. Je l’avais trouvée bien calme ces jours derniers, délaissant ses jouets favoris : le bouchon, le polichinelle suspendu qui répond « pouet pouet » aux coups de patte et quelques autres moins choyés. Et elle ne s’installait plus sur sa chaise favorite, sous le bord de la table de la cuisine.

T’es où, t’es qui ?,

Viens me chercher,

J’ai juste envie

De m’évader

Elles étaient onze. Mais commençons par le commencement. Arthur Issoire, un de mes amis, très introduit dans le beau monde bordelais m’a demandé tout de go :

 

— Fulbert, il faut que tu me rendes un service, un grand service.

Noir.

— Halte ! Qui va là ?... Nommez-vous !...

-...