Accueil

Cadencé chanson - Poésie

PLIEZ MES FRERES

 

Dans une fête foraine

Qui sentait bon la cohue,

Je vis des gens par centaine

Agenouillés dans la rue.

Et l’homme leur promettait

De leur montrer des beautés

Mais avant tout il fallait

SILENCE

DO RE MI FA SOL LA SI DO

 

Chantez-moi vos silences

Quand vos soupirs m’enchantent

Tu passais là où j’attendais

Un homme t’avait regardée

J’ai dit un mot qui te plaisait

Tu as dit oui sans hésiter

Un air gêné

L’acte charnel

Un cri rentré

Un arc-en-ciel

 

À Tiboonda

Un pays sans foi

Et sans prières,

Et Dieu sur son sillon

Courbe la tête.

Un pays sans loi

Qui sent la terre

Le vieux, de son bâton,

Chasse la bête.

 

          À Tiboonda

          À l’orée d’un monde nouveau

          À Tiboonda

          Le cœur se chauffe au brasero

J’ai la réponse,

La seule et unique réponse,

Celle qui dit,

Celle qui plaît

 

Rapporte-moi tes yeux,

Je les avais laissés

Dans le bruit tout au bout du quai.

Je me souviens du bleu,

C’est ma femme de la main gauche,

Mon égérie, mon rêve fou,

Mon odalisque de débauche,

Ma levée d’écrou.

 

Sur un chemin de terre

Si d’aventure

Je deviens vieux,

Que tu me vois

Le geste mou

Par ma main