Accueil

Magicienne aux baguettes multicolores, Pauline colore son expression tout entière :

sous son crayon bleu, sa bouille toute ronde à embrasser, le visage mafflu réconfortant et éclatant. Deux petits yeux noirs rapprochés levés vers le ciel, un regard à la fois tendre et timide, un sourire creusé de deux jolies fossettes. Le tout encadré par une chevelure auréolée d’or, de chaque côté du front, d’où surgit une tresse rigide à la Fifi brin d’acier sous son crayon jaune vénitien.

La deuxième tresse, s’il y a, est enfermée dans un bonnet phrygien immaculé : bonnet blanc, blanc bonnet, couleur liberté, couleur pureté, couleur papier à dessin.

Sous le rose de son crayon, une grenouillère à bretelles boutonnée à l’avant épouse son corps et ses petits petons potelés… si joliment croqués.

L’étonnement et la tendresse se confondent ; son regard berce notre enfance de comptines tel un cœur de pâquerette qu’on effeuille : un peu, beaucoup, schtroumpfement, à la folie.

« Pas du tout » n’existe pas dans son monde d’innocence, de sérénité, d’amour et de paix.

Pas plus haute que trois pommes, j’ai déjà un demi-siècle et je renais sous les crayons magiques de ma dessinatrice : je suis le bébé schtroumpfette revisité.

« Schtroumfpons tous en cœur d’un air joyeux, lala schtroumpf lala… ».

 

 

Illustration: 

0
Votre vote : Aucun(e)

Commentaires

plume bernache
petits petons

 Les petits petons potelés de cette petiote

m'ont projetée un demi siècle en arrière

dans un monde shtroumpfement plus apaisé.

Mais il reste encore des pâquerettes.

Un peu, beaucoup, à la folie...

 

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires