Accueil

Padre Antonio Soler : fandango (Les exos de l’atelier)

 

Arpeggiata et Fandango.

Prisonniers du bocal. Du bocal aux cerises.

Le couvercle a claqué. Les gourmands piégés. Embocalés.

Fandango s’élance. Se lance et cogne. Il cogne.

Arpeggiata se lance et cogne. Elle cogne.

Persévèrent les deux. Lance cogne. Cogne lance…

S’élance relance. Choc résonance.

Claque sur la vitre. Pèse le couvercle.

 

Bocal vide. Vide vide. Plus un grain de sucre plus un souffle d’alcool.

Juste une ombre d’effluves.

Dehors le soleil. Dehors les fleurs le nectar.

Eux  dedans enfermés. Cognés.

Prison bocal. Bocal fatal.

 

S’évader. Vers le soleil.

Franchir le mur de verre. Traverser le plafond transparent.

Tournez en rond. Tournez cent tours tournez mille tours tels les chevaux de bois

Vrillez Planez Frappez vibrez.

Le soleil est derrière la vitre.

Inatteignable. Désespérément.

 

Créer son  soleil. Devenir soleil.

Elle volte virevolte.

Il trille et frénétrille.

Elle clape et claquette.

Ondule et Castagnette.

Ensorcelée ensorceleuse.

Ils deviennent rythme, syncope. arabesque.

Entrelacs de charme.

 

Soleil  entré en danse. Eux tombés en transe.

Étincellent. S’embrasent.

Flammèchent et volutent.

Crépitent et grésillent.

Souffles courts au secours

et soudain

chute et choc.

Plus rien.

Feu éteint.

 

0
Votre vote : Aucun(e)

Commentaires

olala
Fandango et Arpeggiata

Un petit coup de Plume-au ! par ci, un autre par là et pffff... envolés les mots et la ponctuation superflus ! Ne reste que l'essentiel. Un texte dépouillé, alerte et trépident en parfaite résonnance avec la bataille vrombissante qui se joue dans ce bocal entre Fandango et Arpeggiata. Pauvres petits insectes victimes de leur gourmandise !!! Un texte qui "tique et toque", claque, cogne, vibre et résonne ! Un petit texte choc en somme !! Bravo. Bravo pour cette faculté à te réinventer, à "t'essayer" à d'autres styles, à d'autres façons de manier la plume.

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires