Accueil

 

Sa démarche chaloupée à la façon de Chaplin évoque le dandinement du canard. En costume noir et blanc il suit ses congénères, prenant garde de ne pas chuter, le sol ne peut-être que glissant. Il s’amuse parfois à glisser sur le ventre lorsque la situation s’y prête.

Il marche en procession vers sa colonie. Là-bas il trouvera une compagne pour fonder une famille. Dans sa tête il imagine le chant qui le distinguera des autres mâles et qui sera un signe de reconnaissance pour sa promise, parmi les milliers d’individus qui l’accompagnent.

Sa position érigée et son habit contrasté évoquent un humain de petite taille, mais nul homme ne supporterait de telles conditions, les plus difficiles au monde. Un vent à 200 km heure parfois plus, une température à – 80 degrés avec un ressenti à -160 degrés. Certes il porte le nom d’empereur et pour survivre il se joint à ses comparses pour former la « tortue », mais ce n’est pas un être humain.

Le manchot empereur est le seul animal qui affronte l’hiver austral et envahit la banquise de la Terre Adélie pour s’y reproduire.

 

Illustration: 

5.04
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5 (1 vote)

Commentaires

luluberlu
Portrait de luluberlu
Napoleon disait : « Quand on

Napoleon disait : « Quand on est ambitieux, il faut porter le manche haut ». C’est prouvé. Vive l’Empereur.

plume bernache
Façon Chaplin

 

 Démarche façon Chaplin . Bien vu !

 Et une vie parfaitement adaptée aux conditions extrêmes auxquelles nous ne résisterions pas longtemps.

 Bonne leçon d'humilité pour nous les humains persuadés d'être supérieurs aux autres espèces.

 Merci de l'avoir souligné.

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires