Accueil

Exo du 15/6/22 : le lien vers Mozambique de M. Portal :  Mozambique

 

Fin de journée torride sous l’arbre aux palabres.

Tous les villageois sont là du plus jeune au plus vieux. Chacun a son mot à dire. Les voix s’expriment, se répondent, s’accordent. Sorti des profondeurs de sa poitrine, le bourdon grave de Grand père opine, arbitre, tempère. Si sage. Peu à peu baisse le son. Il somnole. Si las, si vieux si fatigué.

 

Tagadac tagadac tagadac...

Déboule un cheval sauvage bousculant tout sur son passage.

Gadatac gadatac gadatac…

Pablito se lance à ses trousses. Faut l’arrêter, il va droit vers la plantation de bananiers. Va tout saccager comme l’autre fois.

Surgi de nulle part et allant Dieu sait où.

Est-il cheval de chair et d’os ? Ou  créature du diable envoyée pour punir le pauvre monde.

Punir de quoi Seigneur ?

Si toi tu ne le sais pas, lui le sait, va. Il y a toujours une bonne raison. Toujours.

 

Au moment où le soleil va disparaître, Pablito revient, tête basse, dépité. N’a  pu arrêter l’animal en folie.

Il l’a suivi jusqu’au couchant et là, il jure l’avoir vu déployer deux grandes ailes blanches et s’envoler crinière au vent dans le ciel rougeoyant. Puis poussant un hennissement lugubre, il a plongé dans la mer de nuages. Et voilà tout.

Si vous ne le croyez pas, regardez donc le ciel juste avant l’orage. Vous le verrez sans doute brouter tranquillement un cumulo-nimbus.

 

6
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 6 (1 vote)

Commentaires

luluberlu
Portrait de luluberlu
Ça turbule… sans qu’on y

Ça turbule… sans qu’on y laisse des plumes. À défaut de cheval, on se laisse porter par Portal. Du coup (tic de langage français dont se moquent les Québécois), m’en va brouter un cumulo-nimbus (petit bus miniature pour les minots).

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires