Accueil

La Créature est épuisée. Les Sarladais ont missionné un serpent venimeux pour le tuer. Le reptile procède en susurrant des « aie confiance. s.s.s.s.s » envoûtants, enlace  sa proie de ses bracelets corail et enfin  injecte son poison mortel. On ne retrouve jamais le corps de la victime, envolé, téléporté sur une étoile, certains font cette hypothèse.

Les Périgourdins ne s’apitoient pas sur la destinée du Lébérou. Celui-ci a terrorisé des générations entières. La nuit venue seuls les plus téméraires osent  s’aventurer dehors au risque de croiser son chemin.

Le lébérou galope à travers les ruelles. À bout de force malgré sa légendaire aptitude à courir il cherche un lieu sûr. Il se laisse guider par une lumière. C’est ainsi qu’il se rend au sommet de la tour-lanterne des morts. Il y passe la nuit.

Au matin ses sens sont mis en éveil par le  son régulier d’un frottement au sol. Le  serpent a retrouvé sa trace. Le lapin est saisi d’effroi, son corps se tétanise et ses poils se hérissent, il s’approche du vide prêt à basculer pour éviter la morsure fatale.

Soudain une voix s’élève « maman, j’ai retrouvé Lapinou. Il était dans mon bateau de pirate avec Serpinou » ! Je m’extirpe d’un rêve qui tournait au cauchemar. Une petite main agite frénétiquement sous mes yeux endormis la peluche retrouvée.

La veille nous étions allés visiter la ville de Sarlat. Au moment du coucher Lapinou était introuvable et le sommeil aussi. Je perçois dans  les rires qui ponctuent les retrouvailles que mon fils baigne dans le bonheur, tout comme moi. La nuit prochaine promet d’être plus calme.  

 

Illustration: 

5.04
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5 (1 vote)

Commentaires

luluberlu
Portrait de luluberlu
Dans cette histoire, si l'on

Dans cette histoire, si l'on ne veut pas devenir chèvre, il manque... Cabécou !devil

plume bernache
bracelets corail

 

 Pas du tout envie d'être enlacée par ces bracelets corail, fussent-ils très beaux. Aucune confianc...ssss !

 

 Bonne idée de placer la Lanterne des morts dans ton récit. Cela crée une ambiance inquiétante comme dans les contes de Perrault ou des frères Grimm.

 

Ouf c'était un rêve !

 

Tout finit bien et j'espère que l'autrice du conte a vaincu le méchant virus et court désormais comme un lébérou.

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires