Accueil

Un texte en s'inspirant d'une photographie : ICI.

 

Dans la forêt silencieuse et tout ensommeillée, la brume s’en est venue à pas feutrés déployer ses misaines et embrasser le sous-bois de son haleine humide et fraîche. De tendres couleurs de rose et de lilas se sont invitées, enveloppant tout de silence et de mystère.

Dans cet immense et féérique chaos d’ombre et de lumière, la forêt semble un vaste étang aux mouvantes et vacillantes vaguelettes argentées. Scirpes, phalaris, joncs et acorus frissonnants y ondoient avec grâce. Les fûts des grands arbres tels des réverbères attentifs s’élèvent haut sous la canopée. De petits bateaux en papier abandonnés là sans doute par quelque enfant distrait paraissent attendre un improbable matelot. Charmée et conquise dame Brume qui décide de les « endimancher » et agrémenter, les pare de paillettes nacrées et blanches voilures soyeuses et arachnéennes. De traînées cristallines en traînées cristallines, de touches délicates en touches délicates, naît sous ses doigts experts un paysage enchanteur, un brin exotique avec ses jonques et sampans en dentelles.

Tout est silence et paix. Le temps paraît s’être arrêté. Beauté fragile, équilibre labile. Trompeuse sérénité !

 … Des bruissements soudains, des chuchotements et voix étouffées, la sylve s’agite et s’ébroue en douceur. Voici le « petit peuple » des lutins, sylphes et farfadets, ceux-là mêmes qui peuplèrent et charmèrent ou… effrayèrent notre enfance. Ils viennent prendre possession des lieux en cette heure propice et embarquer sur les blancs et frêles esquifs. On dirait un ballet fantôme de mousseline flottant et ondoyant doucement au gré d’un vent timide à peine perceptible.

Pour quel voyage ? Vers quels jardins mystérieux, quels pays imaginaires, quelles planètes secrètes naviguent-ils ainsi ?
Dépêchez, hâtez-vous, voguez, voguez ferme aimables génies avant que l’aube n’émerge de son sommeil et ne dissipe toutes ces vapeurs ouatées et délicates fumerolles ! Avant que ne s’éteignent vos envies ou rêves de voyages et les nôtres.

 

6
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 6 (1 vote)

Commentaires

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Autant l’avouer, je me suis

Autant l’avouer, je me suis demandé si les « vapeurs ouatées et délicates fumerolles cool » avaient quelque chose à voir avec l’écriture de cette ode à l’évanescence ?

 

Quoi qu’il en soit, merci pour ce beau et labile voyage.

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
maman les p'tits bateaux

 

 Charmante évocation, cette petite flotte des sous-bois dans les brumes de l'aube !

 

  Un retour vers les contes de notre enfance . On s'imaginerait bien voguer à bord d'un de "ces sampans en dentelle" au sein de ce "ballet fantôme de mousseline flottant et ondoyant doucement…": (ce passage a des sonorités de clapotis!)

 

 

olala, tu as parfaitement "déployé les misaines" de l'imaginaire et du rêve . Maman, j'ai pas envie de me réveiller !

 

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires