Accueil

Un texte en s’inspirant d’une photographie : ICI.

Pour le 400e anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine (1621-2021) un bien modeste hommage au grand maître.

 

Dès potron-minet, dans la brume moelleuse, un bataillon d’araignées avait tissé au pied de la futaie, un tapis de hamacs en soie cribellée*.

Des hamacs plus légers qu’une plume, plus doux qu’un baiser pour accueillir les perles de rosée.

Vibrionnant dans les parages, une famille de moustiques en partance pour les nuits blanches d’été fut attirée par la beauté des lieux et décida de s’y reposer un peu.

Le soleil venait de crever la pelote de nuages. Les gouttelettes diffractaient la lumière. Dans la pulvérulence dorée de l’air, le tapis scintillait de mille feux.

Fasciné par la divine splendeur, le père moustique partit en éclaireur.

Curieux, il explorait la surface de la toile douce comme le ventre d’un lapin, quand il disparut soudain dans les limbes du petit matin.

La trompe en étendard, la femelle inquiète se lança à sa recherche.

Ne la voyant pas revenir, ce fut au tour des enfants de se perdre l’un après l’autre au sein du voile luminescent.

Dame Belette prétend qu’au fond du brillant entonnoir, la petite famille a été happée, puis bue par une bête noire, vorace et velue.

Morale de l’histoire :

Dans le monde animal, succomber à la curiosité peut s’avérer fatal.

 

* (Entomologie) Qualifie les soies non collantes des araignées.

 

0
Votre vote : Aucun(e)

Commentaires

olala
Hors ligne
Inscrit depuis : 01/02/2014
Le moustique et l'araignée

Plaisante, primesautière, étonnante et pour le moins inattendue ! cette fable à la manière de ... Et fort bien écrite qui plus est, dans un style dont Monsieur Jean de la Fontaine, s'il eut encore exister, se fut sans nul doute réjoui !

Un sympathique hommage en tout cas (même modeste ! ) à notre grand fabuliste et un joli moment de détente et de poésie :

 

                - tapis de hamacs en soie cribellée, plus doux qu'un baiser.

                - vibrionnant dans les parages

                - la toile douce comme un ventre de lapin !

                - la trompe en étendard ...

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
et l'animal pendant au bout !

 

 

   Grand maître La Fontaine, sans doute un peu jaloux de cette concurrence future,

   ayant pris connaissance de la fable cruelle imaginée par l' habile cfer,

  jugea fort opportun d'en écrire une suite,

  condamnant l'araignée "bête noire et velue" à une fin horrible

 gobée par

 "l'hirondelle (qui) en passant emporta toile et tout et l'animal pendant au bout…" *

  vengeant du même coup les moustiques trop curieux…

 

Moralité: La vengeance est un plat qui se mange froid.

 

*L'Araignée et l'hirondelle"

  

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires