Accueil
3 posts / 0 nouveau(x)
DERNIÈRE CONTRIBUTION
luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Sarah Chiche : Saturne

Une écriture de l’urgence qui veut dire le mal-être, des passages parfois obscurs, une structure du livre brouillonne, et un style qui manque de simplicité. Je ne m’attarderai pas sur les passages concernant la sexualité de la mère et du père. Seule la première partie mérite d’être sauvée. Quant à l’auto-analyse, à trop « introspecter », autocentrer le propos, on agace. Autant le dire : j’ai zappé, survolé certains passages. L’exorcisme par l’écriture, je n’y crois pas (l’expérience sans doute). Autant aller voir un exorciste (ou un psychanalyste). La perte ou la non-connaissance du père, le sentiment d’abandon, on vit avec, tant bien que mal. Le cerveau, ses circonvolutions me font souvent penser aux circuits électroniques : quand c’est mal câblé, on refait le câblage. C’est plus ou moins efficace, parfois ça marche, parfois non ; alors on recommence, même quand ça disjoncte. La force de caractère remplace alors le fer à souder. Inutile de se « dessouder » pour autant.

 

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
« Et puis l’entourage amical

« Et puis l’entourage amical aussi … »

Surtout !

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
écriture réparatrice

Je n’ai pas lu ce bouquin et je ne crois pas avoir envie de le lire.

 

À propos de l’écriture réparatrice, il me semble que tout dépend de l’usage qui en est fait. Dans certains cas, mettre des mots sur un mal-être permet de le tenir à distance. Sublimer ses émotions par de la poésie (ou de la peinture, de la musique, de l’art), je pense que ça peut faire beaucoup de bien.

Mais je ne crois pas que publier un livre autocentré, brut, factuel,impudique ou dénonciateur, en faire la promo dans les medias , en faire « commerce », se mettre à nu sur la place publique, soit d’une quelconque efficacité thérapeutique, au contraire. De plus, une fois publié, c’est irréversible.

 

D’autre part, refaire soi-même les « circuits électroniques du cerveau », peut-être. Mais je crois que parfois, quand on est trop empêtré dans les fils, il faut accepter de l’aide pour défaire les nœuds. La force de caractère ne se décrète pas si facilement et elle peut être fluctuante. Et alors, un bon Philippe Dayan (En thérapie) ou un Paul Weston (En analyse) sont là pour donner un coup de main. Et puis l’entourage amical aussi …

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires