Accueil
6 posts / 0 nouveau(x)
DERNIÈRE CONTRIBUTION
Garance
Hors ligne
Inscrit depuis : 08/07/2019
Louise Penny : Le beau mystère

« Le beau mystère »  de Louise PENNY

 

C’est un polar.

Mais pas un polar ordinaire…

 

L’histoire se déroule dans un monastère oublié de tous, niché dans une forêt sauvage perdue au fin fond du Québec.

 

Le monastère de Saint-Gilbert-entre-les-Loups abrite 24 moines.

Ils vivent en autarcie et ont fait vœux de silence, sauf pour la musique et plus précisément les chants grégoriens qui imprègnent les lieux et les gens.

 

Cette harmonie est brisée par un meurtre, celui du frère Mathieu, maître de chapelle et prieur du monastère.

 

L’inspecteur-chef Armand Gamache, cher à Louise Penny qui le met en scène pour la 8ième fois, et son adjoint l’inspecteur Guy Beauvoir mènent l’enquête .

 

Les moines relevés de leurs vœux de silence sont « passés au crible » par les inspecteurs.

Silences, subtilités de langage, émotions, propos sibyllins, mettent en relief des disparités claniques qui surprennent dans cet univers d’apparence si harmonieuse et amènent chacun à se livrer à une introspection parfois douloureuse…

 

Le suspense est habilement nourri par l’auteur qui tient le lecteur en haleine et qui ne délivre la solution de l’énigme qu’au dernier moment.

 

Captivant, un régal.

 

 

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Je confirme : « la faille en

Je confirme : « la faille en toute chose » est bien la suite, tout aussi passionante. La suite : « Un long retour ».

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
À coup sûr, ce polar intime

À coup sûr, ce polar intime vaut plus d’un penny. J’ai cependant été frustré par la fin qui m’a laissé sur ma faim. Il ferait beau voir qu’il n’y ait pas une suite. Après recherches, il semble que ce soit « la faille en toute chose ».

 

Une illustration cette « rubrique critique » de ce que sera, en partie, le futur « Club littérature » de Cours de Pile. À la fois club et café littéraire.

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
huis-clos monacal

L’enquête avance très lentement, au rythme des moines qui se déplacent en procession et en silence.  Sauf quand ils chantent, en état de rêverie mystique, leurs chants issus des origines du répertoire des « gilbertins ». On retrouve l’ambiance faussement paisible et vraiment inquiétante de « Au nom de la rose » d’Umberto Eco. Les enquêteurs doivent s’imprégner de cette vie monacale pour comprendre la psychologie de ces moines dont un a été assassiné. Par qui et pourquoi ?

D’intéressantes références historiques sur le sort des congrégations persécutées pendant l’Inquisition , sur les origines du chant grégorien et sur les débuts de  la notation musicale (les « neumes » ancêtres des notes)

 

La confrontation entre moines et policiers est particulièrement savoureuse notamment les dialogues toujours un peu décalés et nimbés de sous-entendus. Les uns à la recherche de la vérité policière et les autres à la recherche de Dieu.

Un humour léger tout à fait agréable qui permet de patienter en attendant le dénouement  tardant un peu à venir. Et totalement imprévisible ! (pour moi du moins!)

 

p 299angel« Ce que je veux savoir c’est s’il est possible qu’il existe une pièce cachée dans l’abbaye.

—Vous ne croyez pas à ce conte de bonne femme, n’est-ce pas ? demanda le frère Raymond

—C’est un conte de vieux moine. Que de toute évidence vous avez déjà entendu.

—J’ai aussi entendu parler de l’Atlantide du père noël et des licornes. Mais je ne m’attends pas à les trouver dans l’abbaye.

—Vous vous attendez à trouver Dieu cependant. »devil

 

 

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
musique

 

 

  Dès le premier chapitre, il est fait référence au  groupe de chanteurs québécois"Beau Dommage" qui a bercé ma jeunesse avec la complainte du phoque en Alaska. Douce mélancolie, intacte .

 

Je me suis plongée dans l'enquête au sein du monastère en écoutant les chœurs grégoriens de l'abbaye de Solesmes. Ambiance !angel

 L'action avance lentement mais j'aime bien l'humour de l'inspecteur Beauvoir et ses relations avec son (peut-être) futur beau père.

 

 

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Je n'ai  jamais lu cet

Je n'ai  jamais lu cet auteur, mais j'ai vu qu'il y avait pas mal d'exemplaires à la médiathèque de Périgueux, et ce volume dans une annexe. Je vais essayer. Les coms Babelio sont plutôt bons. Merci.

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires