Accueil

Nouvelle 2020-2021 : Out of Africa (Les exos de l'atelier)

 

Dis Monsieur ? (épisode 1)

 

— Dis Monsieur, beau monsieur, je voudrais bien savoir…

— Mais quoi donc mon petit, que voudrais-tu savoir ?

— Le soleil, beau monsieur, derrière le toit du père Édouard, pourquoi plonge-t-il chaque soir ?

Et pourquoi le lendemain matin, à l’autre bout du ciel, grimpe-t-il au mur du vieux moulin ?

— C’est un grand voyageur, mon petit. Jamais il ne s’arrête.

— Alors jamais il ne dort ?

— Et non ! Il est infatigable vois-tu. C’est ce qu’on appelle « le mouvement perpétuel ».

— Alors ça veut dire que son voyage va durer « jusqu’à perpète » ?

— Si tu veux…

— Mais la nuit on ne voit rien Monsieur… Comment trouve-t-il son chemin, le soleil ?

— Pourquoi crois-tu qu’il y a une lune et des milliers d’étoiles ? Pas juste pour faire joli ! Elles éclairent bien mieux que nos réverbères et sont de précieux repères depuis la nuit des temps.

— Passe-t-il toujours, le soleil, par le même chemin, monsieur ?

— Comment le saurais-je ? Je ne suis jamais passé de l’autre côté, moi. Et puis qu’est-ce que ça peut te faire ? Avec tes questions, petit, tu me fais tourner la Terr… non, pas la Terre, la tête ! Tu vois à cause de toi j’ai failli dire une grosse bêtise.

Adieu !

 

Dis monsieur ? (Épisode2)

 

— Qu’y a-t-il mon beau monsieur chéri ? Tu as l’air contrarié. C’est à cause de moi ?

— Mais non voyons. C’est ce gamin avec ses questions, qui m’a porté sur les nerfs.

— De quel gamin parles-tu ?

— Ce petit brun aux cheveux en broussaille que l’on voit souvent traîner dans le parc de l’Institut. Il aborde tout le monde et questionne avec beaucoup d’insistance.

— T’a-t-il manqué de respect ?

— Euh non. Mais il m’a retardé et énervé.

— Et alors, tu n’es pas si pressé ? Il est curieux voilà tout, il veut s’instruire. C’est plutôt bon signe pour un enfant. Peut-être que ses parents n’ont pas le temps ou l’envie de lui répondre. Ils n’ont peut-être pas les mots…

— Oh toi tu trouves toujours des excuses à tout le monde.

— Que tu le veuilles ou non, malheureusement beaucoup de gosses restent livrés à eux-mêmes. Et celui-là il a eu de la chance de te rencontrer. Il a sans doute compris que les gens de l’Institut sont de grands enfants. Toujours en recherche de réponses. Toujours envie d’en savoir plus. Comme lui quoi !

— De grands enfants ! Tu exagères. Avec tout ça, il est malin ce petit. Figure-toi que j’ai failli lui avouer que la Terre tourne !

— Et alors, pourquoi ne pas le lui dire ?

— Tu sais bien que nous n’avons pas le droit de révéler ce genre de choses au commun des mortels. Clause de confidentialité. Trop dangereux.

De toute façon, j’ai bien l’impression que ce petit n’a pas cru à mes balivernes. Le soleil qui trouverait son chemin grâce à la lune et aux étoiles… ça l’a rendu vraiment perplexe. Je me demande s’il ne m’a pas pris pour un idiot…

— Un idiot ou un poète… Ou les deux en même temps !

— Arrête de me taquiner. De toute façon, futé comme il est, cet enfant se doute de quelque chose. Je crois même qu’il a l’intuition de la vérité.

à suivre

 

                                                      Dis monsieur ? (épisode 3)

Petits pas légers sur le gravier crissant de l’allée principale. Cinq entrechats, deux sautillés à cloche pied et trois roues sur le gazon : juste pour atterrir sur la balançoire accrochée au grand cèdre du parc. Voici la petite Sophie, la fille de la concierge de l’Institut. Cramponnée aux cordes, elle s’élance en avant jambes tendues, pliées pour le retour, tendues, pliées, tendues…

—Hey, Nicolas ? Appelle - t- elle d’une voix perçante et  impérieuse, viens me pousser !

Nicolas déboule de l’allée des rosiers où il était posté et obtempère sans façon. Deux petites mains étalées en soleil sur le dos tiède de la fillette et hop ses bras se détendent au maximum, se relâchent, recommencent. Harmonie parfaite  entre les deux gamins. Deux trapézistes de haut vol ne feraient pas mieux.

Jusqu’aux branches ! Plus haut ! Plus haut ! Jusqu’aux nuages ! Encore …Plus fort ! Jusqu’au Soleil ! Elle penche la tête en arrière, ses cheveux flottent en sillage d’or au rythme du balancement. Elle se laisse griser par la vitesse du vent qu’elle génère, elle plane, jubile.

Les branches viennent vers elle. Les nuages, le soleil, elle les invite elle les repousse, ils obéissent, elle est la reine du monde.  Sophie adore jouer avec les éléments. Elle se sent « des leurs ». De la famille en quelque sorte. Tenez, hier soir encore, elle a taquiné la lune. Alors que celle-ci, en sa pleine  rondeur, se reposait un moment dans l’étang du jardin avant de poursuivre son périple,  la fillette a lancé une poignée de cailloux pile au bon endroit pour la faire onduler et danser au gré des vaguelettes. Imperturbable mais rayonnant de toute son argenterie, le double lunaire  resté là-haut pour donner le change,  avait bien du mal à réfréner son sourire ironique.

L’ami Nicolas attend son tour de balançoire. Lui il est assez grand, il n’a pas besoin d’aide. Et pour descendre rien de plus facile : sauter du plus haut de sa trajectoire. Atterrir en un viril roulé boulé sur un tas de sable qui en a vu bien d’autres.

Ils reprennent leur souffle assis dans l’herbe l’un près de l’autre.

  • _Bouf…j’ai la tête qui tourne ! avoue la fillette en relevant une mèche folle derrière son oreille.
  • _Ta tête, elle tourne comme celle du beau Monsieur ? Et comme la Terre aussi ?
  • _La terre tourne? Qui te l’a dit ?
  • _Ben, lui. Le beau Monsieur de l’Institut justement. Sans faire exprès mais il l’a dit…et je suis sûr que c’est vrai.
  • _Tu sais Nico, ma mère– elle fait le ménage dans son bureau– elle dit qu’il a toujours la tête dans les étoiles. C’est un « as trop…n’homme ». Moi je trouve pas qu’il est trop, il est juste ce qu’il faut, un homme, plutôt beau, voilà.
  • _Mais non voyons, un « ASTRONOME », en un seul mot ! C’est son métier . Il étudie le ciel les étoiles la lune…enfin tout ce qu’on voit dans le ciel, et même ce qu’on ne voit pas. Des astres ça s’appelle.
  • _Quel « désastre » ?
  • _Des astres…Mais tu le fais exprès !
  • _Ben oui !!!

Sophie éclate de rire. Soudain se fige, donne un coup de coude à Nicolas en désignant le sentier au coin du massif d’hortensias :

  • Tiens le voilà ! C’est notre homme. L’astronome.

 

( à suivre)

6
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 6 (1 vote)

Commentaires

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
Petit prince

 

 C'est d'un autre Petit prince qu'il s'agit. Sans doute un cousin lointain…

Qui pose beaucoup de questions embarrassantes aux adultes.

Mais tous les enfants ne sont-ils pas des "Petit prince" ?

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
  L'astéroïde B-612 au parc à

 

L'astéroïde B-612 au parc à thème français à Hakone, Japon.

 

olala
Hors ligne
Inscrit depuis : 01/02/2014
Dis Monsieur Episode 1

De l'avis de Christian.

Moi aussi je sens comme un petit air de philosophie : des réflexions beaucoup plus abouties qu'il n'y paraît. Un petit air aussi de " File oh Sophie ( ! ) tu me saôules avec toutes tes questions, j'ai du travail !! " quand on sait jusqu'où peuvent vous amener les pourquoi, où, quand, comment d'un enfant qui interroge et s'interroge.

Alors Plume, vite reprends ta plume et nous contes la suite de cette petite nouvelle si pleine de promesses.

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Ça commence comme un conte

Ça commence comme un conte philosophique, un peu à la manière du « Petit Prince »... Serait-ce en prévision de ce que Philippe veut mettre en place avec l'atelier ? Suspence...

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires