Accueil

« Le Moulin de la galette » d’Auguste Renoir

Musique : Jacques Offenbach —La Vie parisienne — Ouverture

 

Un dimanche après-midi d’été.

Il fait beau, il fait chaud à la guinguette.

Au Moulin de la galette, on se retrouve, on papote, on danse.

 

Lisette a enfilé sa plus belle robe, petit chapeau de paille, air mutin.

Rodolphe, son « promis » s’est mis sur son trente et un.

Chemise blanche, cravate fine, veste et pantalon du dimanche.

 

Ensemble, ils dansent, amoureux, heureux et beaux comme des dieux.

 

Les années de la tourmente, de misère, ces terribles années 70 sont si lointaines et pourtant si proches…

 

Aujourd’hui, ils veulent du plaisir, de l’insouciance, du bonheur.

Le temps s’arrête, plus rien ne compte.

Ils dansent, ils volent à un rythme endiablé.

 

 Offenbach les accompagne.

5.04
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5 (1 vote)

Commentaires

olala
Hors ligne
Inscrit depuis : 01/02/2014
Le Moulin de la Galette

Nostalgie du passé, d'un temps révolu ? La danse comme un baume et... profiter de l'instant, savourer un amour tout neuf.

Un joli texte.

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Le temps disparu avait tant

Le temps disparu avait tant de choses pour lui que jamais nous ne retrouverons : le charme, le froufrou des femmes, l'esprit parisien, quoi! (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 178).

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
temps suspendu

 

 Chaleur, insouciance, temps suspendu, ivresse de la danse, tout cela est bien dépeint par le pinceau de Renoir…et la plume de Garance.

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires