Accueil

 

Barboti, barbota… !! Un couple de canards sur l’étang s’est invité.

Un petit bout d’étang aux douces vaguelettes veinées du vert des prairies et du bleu de la nuit.

Un petit bout d’étang paisible et bien abrité des chasseurs et autres vilains fâcheux !

Un petit bout d’étang aux haleines d’algues, glaise et vase mêlées.

Un petit bout d’étang aimable pourvoyeur « du gîte et du couvert » pour nos gentils volatiles.

Rien ici pour troubler ou rompre la douce quiétude des lieux ; rien non plus susceptible d’en effaroucher les heureux résidants.

Pour seule présence, un tendre et généreux éclat de soleil, comme une caresse à la surface de l’onde ; lueur diffuse qui donne densité, profondeur et transparence à ce morceau d’étang, tiède clarté qui réjouit la scène et met en lumière nos deux hôtes emplumés. L’un, le plus hardi sans doute, derrière blanc pointé sans vergogne ni pudeur vers l’azur, interroge l’étang de son bec coloré, en fouille les profondeurs avec conviction et ardeur. En quête de quelque gourmandise ou appât goûteux ? Témoins de toute cette agitation, quelques frissons de l’eau et ridules autour de lui. Son comparse, prudence oblige malgré tout, semble plutôt surveiller et scruter les alentours. Vigile scrupuleux et attentif.

Barboti, barbota… !! Deux canards barbotant sur l’étang.

 

Illustration: 

0
Votre vote : Aucun(e)

Commentaires

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
Un pinceau et des mots

 

 Ici, l’usage des quatre « anaphores » traduit bien le miroitement de l’eau.

 

 La première « un petit bout d’étang aux douces vaguelettes veinées… » se sert de sonorités évoquant le clapotis.

 

 La troisième « un petit bout d’étang aux haleines d’algues, glaise et algues mêlées » évoque à la fois l’odeur et le côté un peu glauque des fonds de mare aux canards…

 

J’aime bien aussi « la tiède clarté qui réjouit la scène » et « lueur diffuse qui donne densité profondeur et transparence… »

 

Cette description du tableau me le fait regarder d’un autre œil et mieux apprécier le talent de l’artiste peintre !

 

 

Une confidence : En lisant « un petit bout d’étang », Zou… mmm ! La chanson « le petit pont de bois » d’Yves Duteil a fait irruption dans ma mémoire. Les ondes rythmiques persistent longtemps dans le cerveau !

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires