Accueil

Contraintes : ICI ( sur un tableau de Julie Dourlent, avec son aimable autorisation )

 

 

Bord de lac

 

Au bord du lac ce matin
Mes pas m’ont acheminée.
Un léger voile de satin,
Sur la nature assoupie,
Comme une tendre caresse est posé.
Douce mélancolie,
Charme envoûtant
Mon cœur en harmonie
Au diapason de l’instant présent.
Le lac, avec tous ses tons de gris
A pris des allures mystérieuses.
Flou délicat et apaisant, léger friselis,
Silhouettes vaporeuses.
Çà et là quelques flocons ouatés
Allument sur l’étang
En notes perlées
Les timides lueurs du jour naissant.
Nulle présence.
Seule une barque, là amarrée,
Semble attendre avec indolence
De l’aube un peu de clarté.
Moi, contre le frêle esquif adossée
Je me repais de cette vaste solitude
Et m’applique à écouter
Avec une immense gratitude
Tout ce silence habité.
Lentement mes envies d’ailleurs se sont tues
Et la paix qui m’avait désertée
Doucement m’est revenue.

 

image poésie libre: 
5.34
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5.3 (3 votes)

Commentaires

olala
Hors ligne
Inscrit depuis : 01/02/2014
Rêverie

" L'instant présent " : que de controverses en ton nom !!

Alors, pléonasme ou pas ?

On parle bien d'instant dans le passé : à cet instant précis, je me souviens de l'instant où...

Je serais donc un peu tentée de dire avec Gisèle : mmouais, ça se discute ! et puis on parle beaucoup à l'heure actuelle de "l'instant présent", être dans l'instant présent, rester dans l'instant présent...influencée sans doute ? !!

Mais bon, fi des polémiques ! je conviens, au moins au niveau prosodie et métrique que " présent " puisse être superfflu.

D'accord aussi pour " amenée " au lieu de " acheminée "; le premier d'ailleurs figurait sur mon brouillon mais je trouvais plus poétique le mot acheminer !

D'accord enfin pour la fin du poème qui " coule " mieux ainsi, c'est vrai. Je ne l'ai pas lu tout haut !

Mais je ne suis pas Victor Hugo non plus !!! ni Verlaine ni Prevert ni ni ni...

Promis, la prochaine fois j'essaierai, je dis bien, j'essaierai, d'être plus rigoureuse.cheekylaugh

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
   Mmouais…ça se discute.  À

 

 Mmouais…ça se discute.

 À la mesure de la physique quantique, sait-on bien ce qu'est l'"instant présent"?wink

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
si on est au diapason de

si on est au diapason de l'instant, il est forcément présent.

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
diapason

 

   "au diapason de l'instant présent"

 

 Je la trouve très belle, moi, cette expression.

 Et très juste.

 

 Puissions-nous être plus souvent réglés sur ce diapason-là, surtout si "l'instant" est serein comme sur ce tableau. Celui du passé nous n'y pouvons rien, celui de l'avenir nous ne le connaissons pas encore ! Nous avons déjà traité ce sujet…

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Bé mol(s) ! Je n'ai pas aimé

Bé mol(s) ! Je n'ai pas aimé : acheminée (une syllabe en trop : amené peut-être ?).

 

« Au diapason de l’instant présent. » itou ( diapason de l’instant ??)

 

« Moi, contre le frêle esquif adossée
Je me repais de cette vaste solitude
Et m’applique à écouter
Avec une immense gratitude
Tout ce silence habité.
»

 

Écoute, ça sonne mieux :

 

Moi, contre le frêle esquif adossée
Je me repais de cette vaste solitude,
M’applique à écouter,
immense gratitude,
Ce silence habité.

 

Tu l'aurais lu à voix haute, ça ne t'aurait pas échappé.

 

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
sérénité

 

 Tout en douceur et sérénité

  un beau poème en vérité.

 

  En parfaite harmonie avec le tableau. Les deux œuvres conjuguées diffusent un apaisement contagieux

cfer
Hors ligne
Inscrit depuis : 19/11/2014
rêverie

Regarder le tableau de Julie

Lire le poème de Olala

Et nous voilà pour aujourd'hui

A l'abri du brouhaha.

 

Une évocation sensible et fine. 

Un beau moment de zénitude dans un monde de brutes!

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires