Accueil

Contraintes : ICI ( sur un tableau de Julie Dourlent, avec son aimable autorisation )

 

 

Ferme de Haute-Savoie

     

Tiens, un appel de l’agence immobilière. Un client est intéressé par la ferme de mes grands-parents et me fixe rendez-vous sur les lieux dans trois jours, c’est assez urgent.

Mon cœur s’accélère, je sens la nécessité de me rendre là-bas tout de suite. J’ai l’impression  que la maison m’appelle. M’appelle au secours. C’est complètement ridicule, je l’avais mise en vente il y a maintenant trois ans. Sans aucun remords. Ne pas s’attacher aux choses, savoir tourner la page, regarder vers l’avenir…

 

Je prépare un bagage léger et en dix minutes je suis prête à partir. Je saute dans ma deux chevaux sans plus réfléchir. Deux heures plus tard je suis sur les lieux. Je ne descends pas tout de suite de voiture. Je regarde la vieille bâtisse. Elle est là, paisible et rousse au bord de la prairie. Elle fait semblant de dormir mais je sens qu’elle m’attend.

L’escalier de bois m’invite, j’obtempère. Chaque marche me salue d’un coassement familier. Elle me reconnaît.

Je parviens à la galerie courant le long de la façade. Les planches du sol sont un peu disjointes mais solides. Je m’accoude à la rambarde le temps de goûter le paysage. Il a peu changé. Les branches du pommier touchent presque le sol le rosier a prolongé son escalade jusqu’au toit, mais tout est là. Je respire à pleins poumons.

Les senteurs d’herbe fraîche et de terre se conjuguent aux relents de grange désaffectée filtrant du rez-de-chaussée. Les odeurs habitent longtemps un lieu abandonné.

 

Il est temps de pousser la porte. Si j’entre, je sais déjà que je ne repartirai pas.

 

 

image nouvelle libre: 

5.52
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5.5 (2 votes)

Commentaires

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
boomerang

 

 Mais oui monsieur le correcteur, une femme peut préparer un bagage léger et même être prête en dix minutes quand…elle n'est pas encombrée par un bonhomme à surveiller, à protéger, à materner etc.

 

Quant au "sans plus réfléchir" il me semble entendre le mot que tu allais écrire : ça commence par "pléo…"mais tu as eu peur de te faire traiter de "mach…" ou de "miso…"

Allez je me contenterai (pour cette fois seulement) de "taqu.."winkangel

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Étonnant ! une femme qui

Étonnant ! une femme qui prépare un bagage « léger » ? Et est « prête en 10 minutes » ?

Oups ! « sans plus réfléchir. » me semble... Hé, ho ! le commentateur, attention !

 

Peut pas s’en empêcher, le bougre ! Hop, corvée de vaisselle pendant 1 mois ( au moins )... Respire à pleins poumons en lisant ce texte plein de fraîcheur.

olala
Hors ligne
Inscrit depuis : 01/02/2014
Un appel

Une bien belle plume en effet, entièrement d'accord avec Claire de Lune.

Pour le cas où tu déciderais de terminer tes jours "vintage" (mieux que "vieux" non ? ça sape moins le moral !!laugh) dans un bel EHPAD et si j'ai la chance de gagner au loto ! je suis totalement acquéreur. Une trop jolie fermette pour être vendue à n'importe qui !  avec une âme qui plus est et puis... tu en parles si bien.

Claire Delune
Hors ligne
Inscrit depuis : 26/04/2015
Pas de problème : tu as

Pas de problème : tu as vraiment une belle Plume....Bernache !

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires