Accueil

À Tiboonda

Un pays sans foi

Et sans prières,

Et Dieu sur son sillon

Courbe la tête.

Un pays sans loi

Qui sent la terre

Le vieux, de son bâton,

Chasse la bête.

 

          À Tiboonda

          À l’orée d’un monde nouveau

          À Tiboonda

          Le cœur se chauffe au brasero

          À Tiboonda

 

Un matin de froid

Sans une étoile

Le jour qui ne veut pas

Se laisser faire.

Un matin de croix

Sans une escale

La sueur ne marque pas

Dans la poussière.

         

          À Tiboonda

          À l’orée d’un monde nouveau

          À Tiboonda

          Le cœur se chauffe au brasero

          À Tiboonda

 

Des hommes de fer

Des femmes tendres

Chassent la nuit des temps

À coups de peine.

Des femmes de fer

Des hommes tendres

Chantent la nuit des temps

Qui court la plaine.

 

          À Tiboonda

          À l’orée d’un monde nouveau

          À Tiboonda

          Le cœur se chauffe au brasero

          À Tiboonda

 

 

0
Votre vote : Aucun(e)

Commentaires

Manuella
Portrait de Manuella
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/08/2015
Joli texte plein du rythme de

Joli texte plein du rythme de l'Afrique intimement décrite.

Du moins je le ressens ainsi...

enlightened

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
égarée

 

 En l'occurence je n'ai pas demandé mon chemin et je me suis bien perdue, je me suis crue en Afrique…mais c'est aussi un ailleurs!

tanou
Hors ligne
Inscrit depuis : 06/03/2016
TIBOONDA

Il s'agit d'une bourgade d'Australie méridionale.

Pour l'"ailleurs", c'est là-bas

Bonne journée.

Ne demande pas ton chemin, tu risquerais de ne pas te perdre.

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
rythme

 

 Il m'a juste manqué un bongo pour accompagner ma lecture rythmée. J'ai aimé en partciulier:

"des hommes de fer

des femmes tendres

chassent la nuit des temps

à coups de peine…"etc

ainsi que le refrain

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires