Accueil

Contrainte proposée par Olala : « Partir »

Partir...
Sortir seulement
Pour prendre l’air tout simplement.
S’autoriser une once de détente,
Emprunter quelque chemin de terre ou sente
Et redevenir un instant
Sensible à la musique des parfums et des couleurs, à la caresse du vent.

Partir...
Voyager, parcourir le monde,
Flirter avec beautés et merveilles à la ronde.
Rouler, voler, naviguer,
Découvrir et appréhender
D’autres ailleurs
D’autres mœurs.

Partir...
Lire et vivre
Au travers des livres
Le dépaysement
Autrement
Et, ne serait-ce qu’en rêve, prendre le large
Pour de mirifiques voyages.

Partir...
S’éloigner un matin
Des pesanteurs et des conformismes du quotidien.
Oublier ce qui vous a chaviré et brisé
Et dans d’autres lieux, d’autres draps se réveiller
Soigner ses plaies
Faire ce qui plaît et qu’on a jamais fait.

Partir...
De ce qui met à mal se dessaisir
Et de certaines chaînes s’affranchir.
Redonner un sens à sa vie
Faire le tri
Se réapproprier son destin
Et se forger d’autres lendemains.

Partir...
S’enfoncer chaque jour davantage dans le silence et le noir
Avec tous ces trous dans la mémoire.
Oublier qui l’on est et qui l’on a été
Se dissoudre au fil du temps
Avec au milieu de tout ce néant
Et pour seul alphabet d’échange : le toucher.

Partir...
Fuir l’indicible, la violence, la guerre, la famine
Quitter son pays, sa maison, ses racines
Avec un baluchon pour unique mémoire
Fuir telle une ombre brisée
Prendre tous les risques, s’accrochant à l’infime espoir
De connaître enfin ce qui a pour nom/liberté.
Partir...

 

6
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 6 (1 vote)

Commentaires

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
réflexion rimée

 

 

Ce texte est très abouti et magnifique.

 

J’aime cette déclinaison progressive de tous les « partir »

 

Les trois premières strophes plutôt légères, voyages plaisants, sensuels.

 

Les deux suivantes plus dans la recherche d’une meilleure philosophie de vie.

 

Et les deux dernières, très émouvantes, beaucoup plus sombres évoquant avec justesse la maladie et enfin l’exil, avec au bout

« l’infime espoir » de liberté.

Tout cela en vers !!! Bravo olala.

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires