Accueil

 

Les médulles

 

« Il était un endroit où une multitude de bulles flottaient entre deux airs. Certaines étaient transparentes et on voyait bien qu’elles ne comportaient rien. D’autres étaient légèrement opaques et on ne distinguait pas l’intérieur. Les gens qui passaient se baissaient ou s’écartaient pour ne pas se cogner. Certains les repoussaient d’un revers de main et d’autres essayaient même de les frapper pour les faire éclater. Mais les bulles passaient en attendant, en attendant quoi ? Qui sait ? Puis on voyait certaines personnes se promener avec une clé en main et qui essayaient de trouver une fente dans la surface de la bulle, mais non, ça ne marchait pas.

 Alors, une personne, voyant que d’autres essayaient aussi de trouver une fente demanda :

  • Tu as une clé ?
  • J’ai une clé
  • On essaye ?

Et ils assemblèrent les 2 clés mais rien ne se passa.

Mais cette personne persévéra,

  • Tu as une clé ?
  • J’ai une clé
  • On essaye ?

Mais non… Jusqu’au jour où les 2 clés s’assemblèrent si bien que la bulle s’ouvrit. En fait , il suffisait qu’un homme et un femme, ou un homme et un homme ou une  femme et une femme aient 2 clés complémentaires pour que la porte s’ouvre.

Une fois à l’intérieur, les 2 ont  fermé la porte. Ils étaient dans un espace tout simple, tellement beau dans sa simplicité, tout n’était que douceur, sourire et joie.

Alors la bulle s’est envolée, elle flottait comme un nuage, au-dessus des villes trépidantes, des prairies verdoyantes, des montagnes escarpées, des océans pleins d’infini.

Ils étaient bien, ils n’avaient besoin de rien, que d’eux.

Puis un jour, l’un dit à l’autre

  • Je crois qu’on devrait dire aux autres comment on entre dans la bulle pour que tous en profitent
  • Non, surtout pas, il faut garder cela secret, c’est un privilège qui nous est offert
  • Mais c’est très égoïste
  • Non, restons entre nous
  • Si, il faut partager
  • Non
  • Si

Et ils se démenèrent si fort que la bulle éclata. Ils descendirent doucement, doucement jusqu’à se retrouver assis par terre, dans un pré à côté de la ville. A côté d’eux quelques gouttelettes…Reste de larmes ou rosée du matin ? Qui sait ?

0
Votre vote : Aucun(e)

Commentaires

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
frais comme la rosée

 

 Une bien charmante histoire, fraîche comme la rosée du matin.

Mais que serait-il arrivé si tout le monde était entré dans cette bulle ? Elle aurait sans doute éclaté aussi…wink

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires