Accueil

 

Nous étions 3 larrons

L’un de nous s’appelait Pierre

Pierre Carré de son vrai nom

Quelquefois rond au bout de 14 verres

Il ne faisait plus surface…

À plat !

Tout cela avait commencé en 14

Et côté canon,

De notre péril maître

Lui, il en connaissait un rayon

Mais s’était arrêté en 16

14… 16 et ce fut sa fin

Tandis que nous, les deux résistants

Allant de mal en pis

Devions durer jusqu’en 18.

 

 

 

 

                                                                                                                                             GB, 11 novembre 2018

 

5.04
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5 (1 vote)

Commentaires

Garance
Hors ligne
Inscrit depuis : 08/07/2019
Géométrie

Je ne sais pas si nous nous connaissons Tanou, mais votre texte me touche.

Tant de maux entre les mots et les lignes, je ne peux pas le lire sans avoir l'émotion au bord du cœur .

C'est bref mais dense, c'est dit sans fioriture et avec une pincée d'humour.

C'est dit, voilà tout !

Ce texte nous suit longtemps après le point final.

Merci pour votre talent.

Manuella
Portrait de Manuella
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/08/2015
Poignant

Petit hommage !

 

Poignant en moins de mots que possible !

Beau, original, le texte déborde d'un passé lourd de pertes et de peines toujours présentes.

enlightened

pifouone
Hors ligne
Inscrit depuis : 17/03/2013
Wahou ! Quel boulot ! Le

Wahou ! Quel boulot ! Le "péril maître", tordant !

Bonne journée.

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires