Accueil

Inspirateur : Faire écrire des recettes à partir du poème de Raymond Queneau "Pour un art poétique"

 

Annie T : Gâteau bien-être

 

Dans un grand bol de rêverie mettre :

      — 2 grosses cuillères d’amour

      — 2 cuillères d’imagination et de fantaisie

      — 2 cuillères de malice et d’humour

      — 1 cuillère d’innocence

      — 1 zeste de bonne humeur et de douce folie

      — 1 bonne pincée de patience et de respect et une autre de simplicité

Mélanger les ingrédients et battre à la fois généreusement et avec délicatesse. Ajouter à la préparation quelques bonnes brisures de tolérance puis verser dans un moule tout « chemisé » de tendresse.

Mettre au four. (T°c = passion) et cuire 15-20 minutes environ.

Servir tiède ou froid à tous vos amis en l’accompagnant si possible de quelques belles tranches de franche rigolade

PS. À consommer... sans modération !!

 

Gisèle C. Confitures Écrituriennes

 

Garanties BIO (bizarres, inimitables, originales)

Composition :

Mots : 95 % Maux : 5 % (peut varier selon les pots)

Recette originale de Huber Lulu

 

Sélection de fruits de l’imagination

Extrait de réflexion chauffée à blanc

Inspiration pressée à froid

Brassée au pur jus de mémoire

Saupoudrée d’une dose de poésie

Une bonne rasade de fantaisie

Un bon paquet de contraintes

Un petit zeste de renâclement

Un gros zeste de décontraction

Une louche rase de fou rire

 

Malgré le soin apporté à ce produit, il peut subsister quelques noyaux

Fabrication artisanale

Place de la Petite Mission

BERGERAC

À consommer sans modération

 

Évelyne H. Cuisine et poésie

 

Sur Dalida chantant je suis malaaade... complèèètement malaaadeuuu...

je vide un pot de yaourt nature que je mets de côté

je ne dooors plus... je ne rêêêve plus

ajoutons dans le saladier un pot de farine ½ sachet de levure touillons

je n’te regaaardes plus je n’t’écouuuute plus

2 ou 3 œufs c’est selon touillons

n’oublions pas le yaourt et la pincée de sel touillons

Je suis faaatiguée je suis ééépuisée Je bois toutes les nuits plein de whiskies

allumons le feu thermostat 6/7 dans le moule beurré fariné

Tu m’as privé de tous mes chants Tu m’as vidé de tous mes mots

versons la préparation enfournons-là

J’ai le cœur complètement malaaade t’entends je suis malaaaaadeuuuu

attendre.... pendant la cuisson...... 3/4 d’heure....

Si ça continue...... je crèverai seul avec moi...... près de ma radio....... comme un gosse idiot..... seule avec mon désespoir......Je suis malaaade..... c’est ça je suis malaaaadeuuuuu

pile-poil la fin de la chanson

simplissime ce gâââteau au yaaaaourt

 

Colette F. Une envie

 

Avant d’arrêter la cuisson

Goûtez le phrasé de votre sonnet

Débarrassez-le de ses « que »

Il sera plus onctueux

Clarifiez-le au tamis du passé

Il y prendra du velouté.

Avant de servir

Écumez les points et virgules envahissants

Assaisonnez de quelques accents

Dégustez sans arrière-pensée

Dès qu’une envie de Beau

Vous montera au cerveau.

 

 

Annie R. Recette  de  mots  contre  les  maux

 

Prenez un mot, vérifiez sa fraîcheur, son moelleux, sa douceur. Il faut garder un léger croquant sous la dent, malgré tout, et le fondant final au fond de la gorge. (S’assurer aussi qu’il soit digest pour les invités de ce jour.)

Méfiez-vous particulièrement de ceux qui paraissent trop succulents, mais sont remplis de fiel toxique à l’intérieur. On est jamais assez prudent...
Ensuite vous pouvez les prendre à poignées, toujours délicatement, sans froisser le cœur tellement fragile.

Mettez dans une eau limpide, toujours très propre – si possible l’eau de source de sincérité.

Surveillez la température, ne pas avoir peur de baisser si les mots sortent de leur coquille.

Prenez le temps, beaucoup de temps...

 

Après cuisson, égouttez scrupuleusement pour éliminer les petits déchets blessants.

Si les mots s’agglutinent, en chapelet, les uns aux autres, ce n’est pas bon. C’est une maladie, ils sont atteints de verbiage. Séparez-les calmement. N’hésitez pas à en supprimer quelques-uns : les plus gonflés en apparence, les redondants, les m’as-tu vu sont les plus creux en dedans, remplis d’air seulement.

La bonne cuisson n’étant jamais assurée, fiez-vous à votre ressenti avec beaucoup d’humilité.

 

Déposez-les ensuite un par un sur un plat de convivialité. Ne pas mélanger brutalement, certains ne supportant pas d’être heurtés.

Arrosez d’un nectar de respect.

Saupoudrez de quelques pincées de tendresse et d’écoute.

 

Vous pouvez alors servir vos invités pour un repas d’échanges savoureux.   

 

 

Évelyne J. Recette pour une invitation

 

Prenez un sourire,

Accrochez-le fermement entre vos deux oreilles.

Prenez un grand pot de cire,

Et faite briller vos yeux, l’un et l’autre pareils.

 

Pelez précautionneusement votre cerveau,

Afin d’ôter les pensées tristes et noires

Qui perturbent parfois vos travaux

Et vous ont envahi la veille au soir.

 

Vérifiez enfin la chaleur de votre accueil,

Et préparez-vous à recevoir vos invités

Dès qu’ils franchiront de votre maison le seuil,

Pour passer une bonne soirée en toute simplicité.

 

 

Jean-Marc M. Quelques mots

 

Quelques mots, justes quelques mots

Égrainés dans le vent de ta peine

Quelques mots, juste quelques mots

Portés de cœur en cœur

Quelques mots, juste quelques mots

Pour sécher tes larmes

Esquisser un sourire

Que renaisse le plus beau des soleils

Celui de ton cœur qui aime

Sans haine, ni peine

Repartir sur le chemin de ta vie

Quelques mots, juste quelques mots

Pour toi mon ami

Je ne peux te laisser là

Sans ces mots, juste quelques mots

Pour t’aider à pleurer

Pour que coule ta peine afin que…

Quelques mots, juste quelques mots

Égrainés dans le vent de ta peine

Portés de cœur en cœur…

 

0
Votre vote : Aucun(e)

Commentaires

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
J'aime bien grappiller des

J'aime bien grappiller des idées dans les recettes que je rencontre. Et je ne vais pas m'en priver.
Là, je garde le moule" tout chemisé de tendresse", je mets un "disque de Dalida" sur mon "teppaz", je prépare mon" tamis du passé",  je me procure" de l'eau de source de sincérité", avec de la cire" je fais briller mes yeux, l'un et l'autre pareil", je goûte" les mots portés de cœur en cœur"…et j'obtiens un pot pourri pas si pourri que ça mais, mais…il manque quelques ingrédients me semble-t-il. En particulier la recette de Christian D. Ce n'est pas trop tard; on peut toujours rajouter un assaisonnement en fin de cuisson !

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires