Accueil

 

 

l’intuition place ses pilotis d’astuces et de génie dans les marécages de mes pensées

 

j’essaie de ne plus réfléchir

d’arrêter de férir à coups de paradoxes entre rêve ou regard

 

si j’observe que je pense

la raison me déborde de ses intrigues

 

je constate et perds l’équilibre

 

comment ne pas chuter ?

 

quelle signature apposer sur l’acte et de quelle trêve ?

 

si je pense avec des mots

la voie est mortifère

 

avec les sens

elle est ouverte

 

 

***

 

image poésie libre: 
5.04
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5 (2 votes)

Commentaires

tanou
Hors ligne
Inscrit depuis : 06/03/2016
j’essaie de ne plus réfléchir

si j’observe que je pense

la raison me déborde de ses intrigues

 

 

J'en suis là

Merci pour vos mots

Ne demande pas ton chemin, tu risquerais de ne pas te perdre.

RB
Portrait de RB
Hors ligne
Inscrit depuis : 23/09/2014
Penser...

 

Merci de votre lecture Plume bernache.

 

Je lis beaucoup à ce sujet. Dès que l'on s'attache à placer des mots sur cette pensée "libre en nous" elle se voit "emparée" de raison, comme par réflexe. Celle-là ne me plaît pas beaucoup... je préfère celle qui m'emporte. Ici un texte : "

Laurent Fels, Poésie et science(s) chez Saint-John Perse

Namur : Les éditions namuroises, 2016, 347 p., ISBN 978-2-87551-071-6, 18.00 €

 

La lecture du Discours Nobel, où Saint-John Perse précise que, chez le savant aussi bien que chez le poète, « l’interrogation est la même qu’ils tiennent sur un même abîme, et seuls leurs modes d’investigation diffèrent », invite à étudier les influences que les savoirs scientifiques ont eues sur son œuvre, ainsi que l’impor-tance du bergsonisme, qui a fortement marqué le poète.

Faisant allusion à Einstein et à la physique quantique, Saint-John Perse a compris que la poésie est science tout comme la science est poésie, à tel point qu’il y a interaction entre la vérité poétique et la vérité scientifique. Si le savant se sert de l’outillage scientifique alors que le poète s’appuie sur son intuition, l’objet de leur quête reste identique.

Le présent ouvrage se propose d’analyser la manière dont les influences du bergsonisme, mais aussi le discours scientifique de l’époque ont nourri l’œuvre de Saint-John Perse, celle-ci se réclamant d’une ouverture cosmique.

Laurent Fels est docteur ès lettres et enseigne la littérature française au Grand-Duché de Luxembourg. Il est chercheur associé au laboratoire Écritures (EA3943) de l’Université de Lorraine. Ses recherches portent essentiellement sur la poésie du XXe siècle. Il est membre de l’Association des Amis de la Fondation Saint-John Perse et du Conseil d’administration de la Fondation Jean Kobs." issu de ce site : https://www.fabula.org/actualites/poesie-et-sciences-chez-saint-john-perse_83381.php

Écrire, c'est se tenir à côté de ce qui se tait
Jean-Louis Giovannoni - extraits de Pas japonais

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
penser avec les sens

 

 Nous les humains, animaux "intelligents"(?), savons-nous encore penser avec les sens ?

 Pour cela nous sommes obligés de nous forcer et nous n'y arrivons pas toujours…

 

 

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires