Accueil

              Un beau sourire !
                                Pour tout billet d’embarquement !
                                                             À quai un navire, à l’horizon le Large !
                Chevaucher les vagues à l’infini,
                                             S’émerveiller des couchers de soleil,
                                                                                            Fendre l’eau...

               Bientôt de furieux étalons écument !
                                       Leur rage ourle le ciel bas d’inquiétants nuages.         
                             Le vaisseau file son sillage confiant en de meilleurs présages.
                                  Monte, descend, tape sa route en Maître des Océans.
                                                              Avance toujours !
                       À la poursuite d’ondoyantes collines déroulant savamment l’agitation des flots.

                                         Tout en douceur, au long du défilement des heures.
                                            La surface se lisse en une aveuglante lumière.
                                  Le soleil sautille par-dessus les moutons dessinés par le vent.

                         Pluie battante et crachin sous les grains relaient la fournaise des calmes.
                              La moiteur glisse sur la peau des vêtements chargés d’embruns.

                                               Écoper d’imprévisibles changements.
                        D’étapes en escales, sitôt dépassées sitôt oubliées... La traversée s’égraine.
                                  À l’apparition de l’arc-en-ciel le cœur s’habille de bonheur.
                                     L’avenir scintille sur des frissons d’angoisses indicibles.
     Au loin, l’orage profile son enclume.
                        Il gronde !
  Il se rapproche... Il épouvante les cieux !
                                            Il les déchire d’éclairs, qui claquent sec !
                   À l’unisson sa colère détonne le pont ! Disjoint les bordées en macabres rictus  !

Etriqué par la peur on en prierait !
Si on pouvait !

Si on savait ! 

Si on croyait !

                                                                    Vain, Dieu !

                                                             Que ce tapage cesse ! 
                                           Ça nous submerge, ça nous inonde de l’intérieur !

                                Toutes les tempêtes se traversent pourvu qu’on reste à bord.
                              On survit, gardé par le bastingage de l’amour, des amitiés nouées.
                                                Tangui et Rouli bercent le quotidien.
                                               La bannette accapare le mal de mer.
                                             L’année se dévide régulièrement sans émoi pour le temps.
                                                  Sous le voile de l’alizée le bateau rentre.
                                                    Vainqueur d’aventures il se sent sûr !
                                                              À bon port il atterrit.
                                     Nous délivre à la terre, toujours titubant de ses mouvements.

 

  Sans jamais atteindre le fond du voyage l’ancre sera jetée, encore, encore et encore ! 

Il se balance maintenant au repos de ses haussières qui gémissent leurs histoires de mer.

 

 

 

5.359998
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5.4 (3 votes)

Commentaires

Kapadouo
Portrait de Kapadouo
Hors ligne
Inscrit depuis : 03/12/2015
Très évocateur. Je sens le

Très évocateur. Je sens le souffle du vent, les embruns et je ne suis déjà plus très sec... Le style est enlevé !

Kapadouo

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Tiens ! je viens de prendre

Tiens ! je viens de prendre un paquet d’embruns en pleine face... Néanmoins, n’ayant pas le pied marin je ne sais si je vais partir « À la poursuite d’ondoyantes collines déroulant savamment l’agitation des flots ». Finalement, non. Je préfère (et de loin) regarder « Le soleil » qui « sautille par-dessus les moutons dessinés par le vent. »... À tout prix, éviter l’enclume.

Merci pour le voyage... mais ça turbulait un tantinet ! Hips ! Ainsi va le marin, « toujours titubant de ses mouvements. »

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
traversée

 

 Quelle traversée mouvementée ! Le rythme des phrases suit le mouvement des vagues. Lues à hautes voix j'ai adoré celles-ci en particulier: 

"pluie battante et crachin sous les grains relaient la fournaise des calmes" (rythme et sonorités. Slam ?) 

"il les déchire d'éclairs …etc…macabres rictus"(rythme et sonorités) et le dernier vers magnifique."il se balance maintenant au repos de ses haussières…"

 

Et pour la philosophie, à retenir : Toutes les tempêtes se traversent pourvu qu'on reste à bord ! Bravo !

 

Toi qui aimes la mer la peinture et la poésie, connais-tu les tableaux de Walter Crane "Chevaux de Neptune"?

 

 

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires