Accueil

On sonne !… En fin de matinée le parlophone émet son cri !

 

— Oui ?…
— Monsieur Duvermol, vous avez un colis recommandé !
— Ah ! Je descends.

 

Tiens, je n’attends rien, me dis-je, tout en dévalant d’un pas mesuré les marches qui conduisent à mon second étage et demi, vu l’entresol.

 

— Bonjour Madame !
— Tenez, me dit-elle en me tendant un paquet assez lourd dans un emballage caca d’oie… pas de chez nous. Une petite signature…

 

Je griffonne un zigzag cabalistique et remonte en scrutant le paquet… Singapore !… Tiens, serait-ce ?… Et c’est sur la table de la cuisine que j’ouvre le colis, avec tous les égards que m’a inculqués mon cher père, à savoir que tout peut, tout doit resservir un jour.
Je déshabille méthodiquement : papier, film à bulles et me retrouve face à face à un dictionnaire Mandarin Chinese – English / English – Mandarin Chinese ! Sur la page de garde, une dédicace au stylo plume que je traduis :

 

En pieux souvenir de mon cher disparu

 

Et c’est signé Né-nu-far Kah-ninh. Il y a aussi un sachet aplati en tissu mauve, fermé d’un ruban jaune d’or (quel goût exquis !). Je dénoue le ruban et découvre une touffe de poils du plus beau fauve. MINALIS ! Bon, mais que vais-je en faire ?… Les mettre en médaillon ?… Je ne suis pas attiré par les reliques, d’où qu’elles viennent. Bon, je vais y réfléchir et en attendant le sachet refermé a trouvé une petite place dans un des tiroirs de mon bureau, oh, une toute petite place car là aussi sévit la crise du logement. Je reviens au dictionnaire et l’ouvre çà et là. Je constate que le cher disparu ne l’a pas ménagé… Des traces grisâtres de pelotes, grasses ou pas et surtout des coups de griffes un peu partout. Diable, il n’y est pas allé de patte morte ! Brave petit, il l’a bûché son mandarin !

 

5.04
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5 (1 vote)

Commentaires

plume
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
chat va ?

 

 Et bien chat alors ! Pauvre Minalis…

 Mais ne pleure pas, tu dois savoir que les chats vivent neuf vies et au terme ils atteignent à la félicité suprême.

 Et rien ne nous empêche de suivre leur exemple  ! Mais comment savoir à quel stade on se trouve ???

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires