Accueil

Elle n’en ratait pas une. Figurez-vous qu’allant au marché, légère et court vêtue, Gertrude Desossaies en était à son quatrième bonbon La Pie qui chante, au citron évidemment. On aurait pu la suivre à la trace si le vent n’avait chassé au loin leurs papiers collants. Bonjour l’écologie !

 

Mais le nœud de cette histoire c’est que Gertrude avait investi, après avoir flashé sur une publicité de… L’Homme moderne dégottée au cours d’une ballade sur Internet. Son parapluie-ombrelle Parabrelle acheté en ligne était arrivé la veille. Un article haut de gamme selon la publicité, garanti cinq ans, gage de sérieux commercial. Mais ce qui avait décidé Gertrude c’était la couleur orange et les petits oiseaux qui volaient en ronde autour de la pointe de l’objet. Son intention était d’épater ses copines, Georgette et Céleste, les jumelles qui, il y a peu, l’avaient bluffée avec leurs cardigans mordorés en laine de mouflon.

 

Arrivée au marché de Tors-sur-Jouvence, car c’était là que cela se passait, Gertrude qui serrait son précieux objet fétiche se décida à l’ouvrir bien que le ciel fut couvert et qu’il ne plut pas. Mine de rien ses oiseaux mauves se mirent à survoler en rase-tête les allées à la recherche des jumelles, mais de jumelles, point ! Grand dépit sur le visage buriné de Gertrude qui, pensez donc, approchait de ses soixante-dix ans.

3
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 3 (1 vote)

Commentaires

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Une historiette qui aurait pu

Une historiette qui aurait pu être plus enlevée. Pas mal de lourdeurs (ex.  Mais le nœud de cette histoire c’est que Gertrude ) et de pbs de ponctuation (ex. sur une publicité de… L’Homme moderne dégottée au cours d’une ballade ).

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires