Accueil

Contraintes : le même jour à la même heure

Au soixante-dixième étage les ruches de gestions bourdonnaient des centaines de clicks simultanés des prises de décisions, à l’envoi d’ordres d’exécution. Tout était agencé dans un souci d’optimisation de l’espace. Les alvéoles fabriquées par les abeilles étaient le meilleur choix possible pour héberger rationnellement administrations, services et individus. Les concepteurs humains de la tour s’étaient appuyés pour cela sur d’innombrables observations et études des mécanismes naturels incontestablement plus sains, économes, renouvelables !

— Chers confrères, nous nous retrouvons pour examiner l’acceptabilité de la demande des citoyens matricule 8934 YN et 1746YM constituant requête à insémination. Alen ! à vous la parole !

— Ils bénéficient tous deux de la qualité « Monument Vivant », en regard des connaissances qu’ils ont sauvegardées du Monde d’Avant. De ce fait, ils ont subi régulièrement depuis 50 ans leur réorganisation cellulaire qui les maintient à leur âge d’arrivée dans la Tour. Il est inenvisageable de perdre ces humains, êtres uniquement biologiques, avant qu’ils ne nous aient révélé les données auxquelles nous ne pouvons avoir libre accès, aucune « pucecache » n’était alors implantée à la naissance.

— Ah ! ces problèmes humains !

— En tant que médecin référent de ce binôme je peux affirmer que nous avions jusqu’ici deux Humains exemplaires dans leur citoyenneté, coopératifs professionnellement. Mais voilà, ils se taisent, ne communiquent plus avec les autres Monuments Vivants, ne se rendent plus aux réunions Forum. En tant que spécialiste de médecine humaine j’ai diagnostiqué une dépression, ou dysfonctionnement émotionnel.

— En des termes qui nous soient intelligibles ?

— Leur fonctionnement psychique, leur cerveau ou processeur central est altéré par un processus chimique déficient, qui à échéance les mettra totalement hors service. Une solution à peu de coûts serait de leur fournir une motivation…

— Mon cher, vous nous abreuvez d’un jargon encyclopédique que je suis sûr, aucun de nous n’a eu l’idée de télécharger !

— Oui vous avez raison, mais les concepts structurel et de fonctionnement sont tellement plus soumis à l’aléatoire en permanence ! En comparaison d’un BOS (système d’opération biologique), comme nous-même ! On connaît les bienfaits de l’absence d’émotions qui ici les affectent, voyez-vous. Dans l’exécution de tâches, nous appliquons le respect inconditionnel d’un ordre d’opération. Le service souhaité est reproduit à la demande dans la rigueur d’un cadre protecteur infranchissable. C’est d’une telle pureté ! L’humain n’a pas cette régularité, cette obéissance à la mission ! Mais ses défaillances sont aussi des opportunités d’actions non programmées, utiles parfois, dangereuses à l’occasion. Seuls les Grands Maîtres de la Tour les détiennent pour organiser l’excellent maintien de la communauté.

— Nous sommes bien plus adaptés à l’existence, plus simplement et sans aléas ! Venons-en au but !

— La meilleure possibilité de rétablissement s’offre dans un projet commun de conception ! D’où cette demande que j’ai préconisée en traitement au couple. De toute évidence si elle était acceptée, elle relancerait le rythme biologique adéquat de nos humains pour une participation à la hauteur de nos attentes de préemption totale et définitive de leur mémoire.

— Avant de pouvoir supprimer, bien sûr, ces problèmes vivants !

— En effet, depuis peu on ne leur accorde plus la régénérescence après la préemption finale. Elle était pratiquée en dédommagement de la perte de leur mémoire et illimitée. Des économies pour l’idéale durabilité sont incontournables, comme vous le savez.

— L’ovule est disponible ?

— Oui, je déclenche une ovulation d’urgence si besoin.

— Une matrice peut être réservée pour la prochaine session de gestation.

— Reste à lancer le calcul de choix des paillettes de génome.

— Confrères, au signal, tenez-vous prêts ! Cliquez sur ordre d’insémination confirmé ! Vérifiez individuellement le message de prise en compte d’envoi ! Coordinateur, reçu ! Rendez compte !

— Reçu !

— Reçu !

— Reçu !

 

Dana et Constant s’étaient retrouvés dans la salle d’attente. Une pause impromptue pour s’embrasser du regard, face à face. Leurs yeux ne s’épargnaient pas mutuellement l’étincellement de toute la tendresse indécelable par d’autres ! Ils avaient forgé cette arme de communication complice pour survivre. Il fallait résister. Chaque regard partagé était une victoire du souvenir, de la mémoire, du savoir qu’ils gardaient précieusement pour les transmettre.

                            Léa ! Oui ! ils ont réussi !

À présent, leurs yeux brillaient de larmes suspendues à leurs paupières sans couler. Leur émotion était intense, l’aboutissement de leur vie, dans tous les sens du terme.

                            Plus tard ! Oui on attendra ce soir ! Quand on sera rentré ! Je t’aime ! Moi aussi je t’aime !

Ils pouvaient se parler ainsi, sans le moindre mouvement de lèvres, sans émettre aucun son ! C’était un peu comme si leurs esprits se donnaient l’un à l’autre et ne faisaient plus qu’un. Alors tout était si clair, et jamais ils ne s’étaient mieux compris que depuis la découverte de cette faculté en commun avec leurs enfants.

Dana baissa les yeux, se retourna et avança au cercle d’attente central.

— Citoyenne bonjour, je suis Dana votre médecin cancérologue référent, venez avec moi.

Dana ouvrit la porte de la pièce de consultation pour y faire entrer sa patiente. Elle échangea avec Constant, qui s’apprêtait à suivre son patient dans le cabinet contigu, un dernier regard qui irradiait un grand soulagement.

 

5.04
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5 (2 votes)

Commentaires

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
    Même si mon vieux cerveau

 

 
 Même si mon vieux cerveau d'humaine peu habitué à décrypter la S.F et peut-être "altéré par un processus chimique déficient" n'a pas saisi tous les détails techniques, j'ai bien aimé certains passages:

 

Au début, le parallèle avec la ruche.
Et surtout la rencontre de Dana et Constant dans leur salle d'attente commune ( ils sont tous deux médecins si j'ai bien compris). J'ai trouvé leur relation très romantique et très bien décrite. Leur communication non perceptible par autrui  comme une arme de résistance et gage de survie.
J'ai un doute quant à Léa. Est-ce leur fille ? Aurait-elle bénéficié du "processus d'insémination" dont il est question plus haut ?
En tout cas, ton texte ouvre des horizons…et a titillé mes neurones !

 

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
L’approche SF est

L’approche SF est intéressante... Mais j’ai un Pb de compréhension après « – Reçu ! » : ce qui suit est-il à raccrocher à ce qui précède. Ça ne me semble pas cohérent. Qui est Léa ???

« Elle échangea avec Constant, qui s’apprêtait à suivre son patient dans le cabinet contigu » : patient ou médecin ?

 

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires