Accueil

 

Au bel enfant de Perse et d’ailleurs

 

viens

 

ici nos maisons ont des murs qui soutiennent des toits bien étanches

les chaussées sont praticables

les unes des journaux emplies de scandales dérisoires

 

évite juste de jeter un œil sur nos paquets de tabac

ils contiennent des images qui pourraient te traumatiser

mais notre vision du monde n’est pas insupportable au travers du monocle à pixels

 

ici nous ne devons pas nous battre

nous parlons de roses au jardin

de cendres dans les cœurs

et de draps désertés par nos couples

nous parlons d’excès d’heures de labeur

de protection à l’abri du préau des mutuelles

nous lisons beaucoup d’histoires palpitantes

nous passons du temps à écrire sur ces événements de la vie

 

et

l’hiver ici

on enduit nos lèvres de beurre de cacao

 

pas de poussière

pas de vacarme et de chlore la nuit

pas d’avenir angoissant à interroger au travers de châssis brisés

ni de déserts empierrés à s’écorcher les pieds

nous n’irons pas en mer

où risquer d’aspirer une dernière gorgée de vie

quand coulera le rafiot chèrement emprunté aux passeurs

 

viens sans rien

sans qu’il faille t’enfouir au fond d’une cave suffocante

 

approche petit

 

une mine vient de croquer la jambe de ton ami

un tireur embusqué d’évider la tête de ton papa d’un bout de cuivre à capsule explosive

un plop de mortier a soufflé les boyaux et le fusil

d’un inconnu dans le quartier

sur les gravats de ta maison

 

viens mon garçon viens ma fille

viens

car nous avons perdu l’angoisse

 

nous ne savons plus d’ailleurs en quoi cela consiste

sinon de n’être pas tout à fait assurés que tu n’es pas dangereux pour nous

 

mais laissons cela

« dieu reconnaîtra les siens »…

 

 

6
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 6 (1 vote)

Commentaires

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
lucidité

 

Quand la poésie se met au service de la réflexion lucide avec une ironie bien dosée.(et l'hiver ici on enduit nos lèvres de beurre de cacao)

 "Dieu reconnaîtra les siens…" L'argument inusable .

 

En écho avec vous RB, je répète "Viens petit, viens petite…"

Merci d'avoir proposé cette réflexion.

 

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires