Accueil

As-tu remarqué les maisons

Toutes griffes de fer dehors

Qui se défient, qui se jalousent.

 

As-tu remarqué l’horizon,

Ligne de fou, ligne d’essor

Qui batifole sur la pelouse.

 

Et puis tu sais…

Tous les chevaux n’ont pas envie

De faire l’amour dans un haras.

 

          Allez viens

          J’ai de la vie en reste

          À partager

          À dépenser

          Allez viens

          J’ai de la vie en reste

          Allons ensemble la jouer.

 

Tête de fer, cœur couleur d’eau,

La main crispée sur les demains

Ils se défilent, se ratatinent.

 

J’aime la chaleur de ta peau,

Le goût de tes yeux qui ont faim

D’un petit jour qu’on imagine.

 

Et puis tu sais,

Tous les oiseaux n’ont pas leur nid

Accroché dans un acacia.

 

 

          Allez viens

          J’ai de la vie en reste

          À partager

          À dépenser

          Allez viens

          J’ai de la vie en reste

          Allons ensemble la goûter.

 

Prisonnier d’un mythe fané

Leur dieu est mort d’un peu d’oubli,

Ils se retournent et s’interrogent.

 

Et nous deux sous le marronnier

Nous inventons l’amour envie

Le temps d’un petit tour d’horloge.

 

Et puis tu sais,

Le matelot n’est plus parti

Redécouvrir d’autres là-bas.

 

          Allez viens

          J’ai de la vie en reste

          À partager

          À dépenser

          Allez viens

          J’ai de la vie en reste

          Allons ensemble la brûler.

 

Musique de Eric LE NOIR

 

 

poésie audio : 

5.52
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5.5 (2 votes)

Commentaires

tanou
Hors ligne
Inscrit depuis : 06/03/2016
J'ai de la vie en reste

Merci Luluberlu, Corbivan, Croisic et Plume.

UN texte peut être agréable à lire mais lorsqu'il est soutenu par musique et voix, il devient chanson et change d'univers.

Merci de l'avoir appréciée.

A+

Ne demande pas ton chemin, tu risquerais de ne pas te perdre.

Tinuviel
Portrait de Tinuviel
Hors ligne
Inscrit depuis : 26/01/2011
Je passe ici après une longue

Je passe ici après une longue absence... et je découvre ce trésor.

C'est très très beau, merci infiniment...

Manuella
Portrait de Manuella
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/08/2015
Bravo à Eric pour avoir mis

Bravo à Eric pour avoir mis ce fabuleux poème en chanson !

 

Aprés sa lecture, en écouter la version audio ne fut qu'un bonheur renouvelé et puissant.

enlightened

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
déjà le titre

 

 Déjà le titre est beau…

Les vers, la musique, la voix tiennent la promesse.

J'aime (entre autres): "le goût de tes yeux qui ont faim d'un petit jour qu'on imagine" et "tous les oiseaux n'ont pas leur nid  accroché dans un acacia"

 

 Bravo et merci.

 

 

 

Croisic
Hors ligne
Inscrit depuis : 26/10/2014
Ah ! vos mots Tanou !

Quel joli mariage avec la musique/guitare d'Eric Le Noir

J'ai... nous avons, passé un sacré bon moment à vous écouter.

Moi aussi j'ai tout remarqué !

Moi... importe peu. Votre texte est formidable.

Merci.

corbivan
Portrait de corbivan
Hors ligne
Inscrit depuis : 18/05/2016
Bonjour, J'avais déjà lu ce

Bonjour,

J'avais déjà lu ce texte ailleurs...et il ne m'avait pas trop interpellé, ici avec la mise en musique et l'interprétation très sensible, je me rends à nouveau compte comme justement j'ai souvent besoin qu'on me mâche les mots à l'oreille pour que le déclic se fasse.

Ici, je trouve une autre dimension à ce poème/chanson qui m'aide à voir certains détails de l'ensemble, en fait tous les détails, et j'en suis un peu confus, de n'avoir pas remarqué cela avant…

C'est un beau texte simple et très juste dans ce qu'il dit, et emprunt d'une douce d'énergie.

Chapeau très bas à tous les deux !  yes

 

Corbivan

 

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Merci pour la musique et

Merci pour la musique et bravo à vous deux. J'aime bcp la mélodie.

Je reproduis mon premier commentaire :

Contraste : enfermement, vie étriquée et liberté. Beaucoup de rythme, des images originales qui donnent envie de brasser le printemps à pleines mains. Mon tercet préféré :

« As-tu remarqué l’horizon,

Ligne de fou, ligne d’essor

Qui batifole sur la pelouse. »

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires