Accueil

Hébété, pétrifié pour ne pas dire liquéfié à son tour, Dany demeure immobile. « La Poussière » lui colle aux pieds, le fige au sol. Un instant il ferme les yeux, histoire de rassembler un peu ses idées puis les rouvre. Le cormoran a disparu ; seul gît à ses pieds le « cormourant »  de sa bien-aimée, de sa douce Odile et belle Idole.

Pris d’une soudaine et incontrôlable panique, Dany se retourne alors et se met à courir. Il court, vite, très vite, plus vite, toujours plus vite. Sur lui et tout autour de lui perlent d’énormes gouttes noires, affreusement noires, si noires qu’il n’aspire plus désormais qu’à une chose : un bain d’eau fraîche, un bain TOTAL ! Mais pour l’heure seul importe de courir droit devant lui, de s’éloigner. Soudain un panneau sur sa gauche : Bergerac 183 km. Bergerac ? Bergerac, l’or noir... oui il se souvient maintenant et de virer à gauche avec une seule idée en tête : courir encore et encore.

Peut-être finalement Odile n’était-elle qu’un rêve ou mieux sa fée cro, croc... sa fée clo, col... C00ooolette au secours, sors-nous, sors-moi de cette impasse cauchemardesque, de cet immonde trou noir où je m’enlise !

0
Votre vote : Aucun(e)