Accueil

Que le grand Cric me croque Odile, ma chère Odile. Mais ça suffit, je ne passerai pas une minute de plus dans cet hôpital ! Fuyons ensemble !

Ah Dany ! J’attends ce moment depuis le jour où je t’ai rencontré, il y a si longtemps dans la caverne sous-marine. Je n’étais qu’une pauvre créature rampante et toi une malheureuse mauviette. Mais les choses ont changé tu vois. J’ai réussi à m’évader une nuit de forte marée et à me débarrasser des gènes sauriens greffés par cet infâme Nouillapé ou chépakoi. Ça m’a pris du temps. L’évolution a été très lente. D’ailleurs peut-être n’est-elle pas terminée ? Mais je suis patiente. Mes pattes ont poussé, sont devenues jambes et bras, mes griffes sont devenues ces beaux ongles nacrés ma peau s’est peu à peu affinée – à grand renfort de crème de beauté – et surtout j’ai perdu bon nombre de dents. Ah ! j’ai versé quelques larmes…

De crocodile ?

Ça va de soi ! Quand mon apparence m’a permis de côtoyer les humains, je me suis documentée sur ces techniques de kleptoplastie (transfert de gènes d’une espèce à une autre) dont nous avons été victimes tous les deux mon pauvre Dany. Aux États-Unis, j’ai même fait partie de l’équipe de chercheurs du CRISPR qui travaille sur la thérapeutique génétique : mon cas les intéressait beaucoup. Ensuite j’ai réussi à infiltrer l’Unité de Traitement des Liquides où tu étais captif. Et avec toi maintenant, je me sens pousser des ailes…

Hé là ! Pas si vite ma crocotte ! Première chose, passer à la caisse ; me délester de toute cette énergie puante qui me pèse et pollue, moi et les autres. Et en plus cette saleté m’a rendu complètement accro-c-Odile.

Donne-moi tes bras que je branche la pompe ultra rapide sur tes bracelets de transfusion et puis il faudra passer dans la cabine d’extrusion finale pour débarrasser chacune de tes cellules des résidus carburés qui risqueraient de se réactiver.

Sur le cadran de la pompe, la cascade de chiffres défile vertigineusement par ordre décroissant jusqu’à un compte négatif. Dany se sent tout chose. Odile s’affole :

Houla, Stop ! Sinon tu vas disparaître de l’Univers. Ta source d’énergie était non renouvelable tu le sais bien. On te l’a suffisamment reproché. Tu as failli devenir fossile. Mais c’est fini tout ça. Et moi, j’ai quelques projets d’avenir pour nous deux mon petit Dan.

D’abord quelques jours de vacances pour nous refaire une santé. Que dirais-tu d’un séjour au pays de l’Or Noir ?

QUOI ? Au pays du pétrole ! Tu te moques de moi ?

Mais non grand nigaud, je te parle de l’Or noir du Périgord !

Qu és aquo ?

Les truffes bien sûr !  

 

0
Votre vote : Aucun(e)