Accueil

Avec le temps, on s’amenuise,
L’automne n’est plus le printemps,
Jour après jour, au fil du temps,
Tout le corps regimbe et s’épuise…

 

« T’as mal où » devient notre lot,
Des seniors la triste rengaine,
Souvent bancale, la dégaine
Fait penser à ce grand « Charlot ».

 

Oui, la démarche est hésitante,
Le port de tête est encor beau,
Sans la chevelure corbeau
La séduction reste latente…

 

Mais dans le cœur, avec l’esprit,
La jeunesse est toujours présente,
La joie de vivre est palpitante
Quand chaque bon moment est pris.

 

Profitons toujours de la vie,
Le bonheur reste un objectif,
Si le cerveau demeure actif,
La faim n’est jamais assouvie.

 

Le secret de longévité
Est dans l’amitié, la présence
De ceux, mis par la providence
Sur le chemin : fidélité…

 

Que nombreuses soient les années
De retrouver joyeusement
La complicité d’un moment
Au hasard de nos destinées.

 

4.836
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 4.8 (5 votes)

Commentaires

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
   Doux et apaisant comme un

 

 Doux et apaisant comme un bonbon au miel.

 J'aime bien les bonbons au miel.

barzoi (manquant)
Avec le temps

Oui, j'ai aimé, et quel bouquet final.

j'ai lu le poème plusieurs fois, pour le plaisir.

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Ah ! mais il n’est pas bancal

Ah ! mais il n’est pas bancal du tout ce poème et plutôt optimiste. Manifestement, la tête est toujours active... Il lui suffit de dire au corps de suivre (à son rythme, bien sûr).

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires