Accueil

 

Je réponds plus facilement

                        oui que non.

 

J’entends mieux, d’ailleurs,

                        lavé au ruisseau,

                        celui qui ne s’est jamais tu.

 

                        Tout se révèle dessous le reflet.

                        Dans le rafiot qui coule.

 

« L’amour plus grand que le refus »

                        écrit encore – toujours – Aragon.

 

L’indifférence me cloute, pareil au galet,

alors que les oasis débordent.

 

Irriguent les sables.

           

                        Que la vie est longue

                        d’apprendre,

la sécheresse pour toute couture,

                        l’aride omniprésence

                        de l’incessible moi.

 

Sans autre système solaire.

 

Mots fluides

à ton cœur,

humectés.

 

4.53
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 4.5 (2 votes)

Commentaires

RB
Portrait de RB
Hors ligne
Inscrit depuis : 23/09/2014
oké je vais le tenter mais

oké je vais le tenter mais comme un nouveau texte dans ce cas ?

Écrire, c'est se tenir à côté de ce qui se tait
Jean-Louis Giovannoni - extraits de Pas japonais

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
RB, pour la forme (le fond je

RB, pour la forme (le fond je verrai plus tard) et la mise en page : copier/coller du traitement de texte vers le site, si PB, il y a 4 autres possibiltés :

1) copier/coller dans Wordpad puis sur le site.

2) copier/coller via une des 3 options à droite des ciseaux (icônes du traitement de texte)  : 3 traits superposés, T ou W.

RB
Portrait de RB
Hors ligne
Inscrit depuis : 23/09/2014
Merci de votre avis Brume.

Merci de votre avis Brume. Vos remarques méritent réflexion et essai "plus simple". Je ne sais pas pourquoi cela s'est écrit comme cela...

 

Écrire, c'est se tenir à côté de ce qui se tait
Jean-Louis Giovannoni - extraits de Pas japonais

brume
Portrait de brume
Hors ligne
Inscrit depuis : 12/10/2014
bonjour RB

Sur la forme:

Je ne vois pas l'utilité de ces alinéas trop espacés, que ce soit au niveau du rythme ou au niveau de la charge émotionnelle.

Expriment-ils un long silence?

Parfois l'intellect est difficile de mettre de côté, ces espaces m'ont trop fait poser de questions.

Sur le fond:

Les sentiments lourds s'embrouillent: l'indifférence et la peine. L'indifférence peut être dans ce cas-là une auto-protection contre ce qu'il ressent réellement au fond de lui. Tout cela est joliment dit grâce aux vers chargés d'émotion. 

En toute franchise depuis la publication de ton poème j'ai dû lire et relire pour que tes mots m'atteignent. Mais je pense que cette mise en forme m'a un peu perturbée. 

 

 

 

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires