Accueil

 

du recueil "tu es", en ébauche.

 

 

Toujours sous les platanes, s’étale, en un tulle de tumulte et de murmures,

un pétillement de rumeurs, de bouillons et de bruissements.

 

Une jupe légère, invisible, drape les feuilles d’engrenages de souffles.

 

Et les tilleuls, joailliers de perles orange, projettent de francs mais furtifs éclats de soleil au coucher.

 

Désirer avoir, avoir désiré…

La conscience évacuée, non retenue, -et pelée, énoncée-

s’envole vers le haut, évaporée, évadée ; elle en deviendrait évasive.

Avoir conscience, conscient d’avoir soi.

Déjà, maintenant.

Impliqué, imploré, impatient, impénitent.

 

L’ombre tourne au pied de tous les arbres du monde.

 

 

6
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 6 (2 votes)

Commentaires

brume
Portrait de brume
Hors ligne
Inscrit depuis : 12/10/2014
Bon ben je ne sais plus quoi

Bon ben je ne sais plus quoi dire d'original (tiens je l'ai déjà dit ça). J'aime chaque images, les bruissements, un poème qui éveil l'ouïe et le visuel à la simple lecture. Tu m'as emmené ailleurs. Et tout en émotion vive en dedans, encore. Merci.

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
       Un délicat tableau

       Un délicat tableau impressionniste dans lequel on se laisse embarquer avec plaisir…dans "ce tulle de tumulte et de murmures".

       Peut-être y plane l'accent de    Provence?

       Quand à la dernière phrase, elle en dit long et je la retiens:

 

      "l'ombre tourne autour de tous les arbres du monde"

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Quelques mots (comme l’écrit

Quelques mots (comme l’écrit Croisic) et hop ! on est sous les platanes et leurs pétillements (il est beau ce mot et très évocateur).

Ah ! ça, c’est superbe : « drape les feuilles d’engrenages de souffles. »

Et c’est vrai que sous les tilleuls, les éclats sont francs et furtifs. Finalement, dans ce poème, tout est furtif ; les pétillements, bruissements, engrenages de souffles, les éclats de soleil, la conscience aussi... Sauf mes lectures, car ébloui je suis.

Croisic
Hors ligne
Inscrit depuis : 26/10/2014
Tout un monde et, quel monde

Tout un monde et,

quel monde en quelques mots choisis,

et pas posés par hasard bien sûr !

Vous dire que j'ai aimé ?

Cela va t-il suffire  à vous dire ?

 

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires