Accueil

           

                     Les mots sont là derrière ma porte,

                     Ils s’agglutinent et me bousculent

                     C’est un ouragan qui m’emporte,

                     Éclat de moi, déjà je brûle.

 

 

                     La résurgence de la vie...

                     Lumière intense et magnifique

                     Au creux de soi et tout est dit,

                     Nouvelle enfance aux sons magiques...

 

 

                     L’instant est là, miraculeux

                     Il est tendresse, il est caresse

                     L’amour se fait avec les yeux

                     L’aube est sublime en sa promesse. 

 

 

                     Mais tout mirage est une croix,

                     Écume tiède, mousse de vent,

                     Goutte irisée au bout des doigts,

                     Soleil couchant, larmes de sang.

 

 

                     Bête blessée et mal tuée

                     Tu le savais, alors tais-toi

                     Stupide insecte, aile brûlée ;

                     Oui je savais, mais c’était moi...

 

 

                     Demain, peut-être, ou autre jour

                     Je serai là derrière la porte

                     Les mots viendront parler d’amour,

                     Bête aux aguets, à moitié morte

 

 

                     À demi folle et dévêtue

                     J’irai ouvrir la porte close

                     Chair éventrée, soleil pendu,

                     Perdre ma vie pour une rose...

 

 

                     Là, je demeure...

                     Au fil des heures...

                     Peur sans couleur...

                     Pâle stupeur...

 

 

                     La lune est morte

                     Derrière ma porte...

           

5.177142
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5.2 (7 votes)

Commentaires

tanou
Hors ligne
Inscrit depuis : 06/03/2016
DErrière ma porte

Bonjour Personne

J'aime beaucoup ce rythme.

Heureusement que ces mots ne sont pas restés derrière la porte car ils viennent me parler d'amour.

Très belle écriture qui me convient.

Bravo

Ne demande pas ton chemin, tu risquerais de ne pas te perdre.

barzoi (manquant)
derriere ma porte

À partir de bête blessée j’étais à cheval, emportée, au galop. J’ai un peu de mal avec la strophe précédente : « mais tout mirage est une croix.... larmes de sang ». Le poème est poignant, je l’ai goûté à plusieurs reprises, merci pour la lecture, j’ai beaucoup aimé.

brume
Portrait de brume
Hors ligne
Inscrit depuis : 12/10/2014
Bonjour A.Nonyme

Ici sont évoqués le conscient et l'inconscient.

Beau sujet sur un auteur qui pense écrire des mots tendresses, des mots caresses, mais derrière la porte les souvenirs sont plus sombres et ressurgissent au bout de la plume.

J'ai aimé l'atmosphère de votre poème, il commence de manière lumineuse et au fur et à mesure devient sombre et désespérée.

J'aime beaucoup la 5ème strophe à cause du ton, cette colère et ces vers qui claquent.

Le rythme est irrégulier mais pas chaotique, il offre différentes nuances à l'image de l'état d'âme changeant du narrateur.

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Précision : je ne parle pas

Précision : je ne parle pas de pathos (Péj., fam. Pathétique déplacé, affecté ou outré ; enflure verbale.) Mais de litanie (un peu) due à la STRUCTURE du poème. Je vais faire plus simple : j’ai bien aimé (très constructif comme com. non ?) ; finalement c'est plus facile, pas besoin de se creuser le ciboulot.

S’il s’agit d’un texte perso (la thérapie par l’écrit, j’ai essayé... ça ne marche pas, c’est pire), j’ai deux attitudes possibles :

1) oups, je fais un large détour parce que ça va me péter à la gueule ! En gros, je la joue fantôme. :ghost:

2) Je n’en tiens pas compte et je commente en toute obj... subjectivité, comme si de rien n’était... et ça me pète à la gueule. Boum !  bombhelp

Quant au conseil, les anglais appelent ça un joke.drinks (quoique ?)

A.Nonyme
Hors ligne
Inscrit depuis : 12/10/2014
      Merci beaucoup pour le

      Merci beaucoup pour le conseil, Luluberlu. Je ne pense pas avoir perdu... dans ce petit jeu, c’est souvent celui qui perd qui reste le grand gagnant ! Désolée pour le pathos... Je vais ranger la suite et ne l’infligerai plus.

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
De belles métaphores comme :

De belles métaphores comme : « Écume tiède, mousse de vent » ou « Soleil couchant, larmes de sang » (plus convenu).

Je regrette un peu la « litanie » qu’impose la structure du poème. Mais peut-être est-ce voulu ? (il faut s’attendre à tout avec les poètes0:)).

Un conseil (gratuit, mais payant si on le suit) : ne jamais prendre l’amour pour boussole, c’est le meilleur moyen pour se perdre.big_grin

 

 

cfer
Hors ligne
Inscrit depuis : 19/11/2014
  Promenade

 

Promenade octosyllabique

bras dessous, bras dessus

soudain elle se fait magique.

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
derrière ma porte

 

  Ce beau poème dégage beaucoup d'émotions intenses et contrastées.

  Au début, espoir et jubilation "lumière intense et magnifique" "l'amour se fait avec les yeux" "l'aube est sublime en sa promesse"

  Et puis "mais tout mirage est une croix" et on ressent la souffrance très forte de la"bête blessée et mal tuée""chair éventrée",déception à la mesure de l'espoir initial...

 Et enfin la résignation, presque douce. J'aime ces derniers vers:"la lune est morte derrière ma porte"

 

Mais tu sais, A.Nonyme que la lune ne meurt pas. Elle renaît toujours...

 

  

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires