Accueil

 

 

"il est celui qui cherche un nouveau vêtement à son âme

il en va de l'image en lui qui se débat comme un oiseau saisi"

Aragon, Le Fou d'Elsa.

 

aube porte d'écriture

 

j'abrège mon sommeil

entre lueur à peine et rêve aboli

 

ce qu'il reste des semences d'hier

dans le silo des lumières engourdies

 

c'est l'avant d'aube que l'on devine

par-dessus les brumes

 

je t'épouse mon innée

de toutes les illusions d'aurores

et de fleurs d'insolences mobiles au ciel

 

tu nous irrigues de clartés

nous dessoudes de l'ombre

dégriffes nos ronces

depuis que tu existes depuis que j'existe

comme je voudrais que n'existe aucune nuit si lente

 

ne reviens pas demain reviens tout le temps

reviens au livre des jours

des amants aux doigts tressés

niche-nous au flanc d'une reliure

 

j'accepte que tu souffres

je n'accepte pas que cela soit sans moi

 

ne quitte pas cette légende sans titre

chaque aube naîtra de toi

tragique

tu es le livre ouvert

 

 

 

5.04
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5 (2 votes)

Commentaires

Tinuviel
Portrait de Tinuviel
Hors ligne
Inscrit depuis : 26/01/2011
D'un texte adressé à

D'un texte adressé à "l'aube", on passe progressivement à des mots qui semblent élargir les destinataires possibles de ce poême, à quelque chose de plus profond, de plus intime. Ces "amantes aux doigts tressés" nous montreraient-ils le chemin d'une autre compréhension ?

"j'accepte que tu souffres

je n'accepte pas que cela soit sans moi"

 

... étrange et puissante déclaration... ces deux vers m'ont fait frissonner, je les trouve très forts.

 

Une impression de beauté triste se dégage de ce poème, et la lumière de cette aube refroidit plus qu'elle ne réchauffe, tout en étant la seule lueur à laquelle on s'accroche. C'est une bouée que cette aube, ce n'est ni plus ni moins que le souffle de la vie qui vient, encore et encore, nous sauver chaque jour de notre propre finitude, jusqu'au jour où...

 

J'ai aimé, merci

Louis P.
Hors ligne
Inscrit depuis : 12/10/2014
l'écriture est une aurore

L'aube ouvre sur l'écrit : «  aube porte d'écriture  ». Elle n'est pas pointe du jour, mais pointe d'une écriture qui se confond avec l'éveil, avec le jour, avec la lumière.

« À peine » les premières lueurs du matin, matin de « peine », commence la vie en écriture.

Mais c'est à « l'avant d'aube » que s'adresse le poème, à l'aurore.

Aurore dont les lueurs sont les « semences » de clarté qui subsistent de la veille, entreposées dans « le silo des lumières engourdies ». Le jour nouveau semble éclore de cette part de lueur qui fut, hier, ensemencé ; il semble surgir de la nuit, qui a condensé en elle toutes les noirceurs du temps passé ; l'aurore laisse la nuit derrière elle, elle « nous dessoude de l'ombre », elle « dégriffe nos ronces ».

 

À l'aurore, le locuteur lui déclare, en quelque sorte, sa flamme : «je t'épouse mon innée ». Délivré des ombres, divorcé de la nuit, il se marie avec les clartés de l'aurore.

Le locuteur naît avec elle, il vient au jour avec elle, vient avec elle au monde, au monde de l'écriture.

Elle et lui sont de vieilles co-naissances, « depuis que tu existes depuis que j'existe ». Une coexistence avec l'aurore, avec la renaissance, un mariage non de raison, mais d'amour pour la vie qui renaît, loin de la nuit douloureuse ; d'amour pour de nouvelles pages de vie à écrire.

S'unir à l'aurore, c'est aussi épouser ses illusions, « les illusions d'aurore », c'est accepter cette part lumineuse de rêve éveillé qui aide à vivre, la part de croyance en une vie meilleure, en une vie plus heureuse, croyance en une clarté perpétuelle, sans ombres, sans nuit.

 

Il faudrait qu'il n'y ait plus de nuit, plus de souffrances, il faudrait une aurore perpétuelle : « ne reviens pas demain reviens tout le temps ». Il faudrait un perpétuel aujourd'hui de lumières et de splendides lueurs.

La souffrance pourrait être néanmoins acceptée, mais « pas que cela soit sans moi ». Il faudrait une immortalité, une éternité dans la clarté sans cesse renaissante.

Le « tragique » de l'existence est reconnu, accepté, nuit inévitable, nécessité de la souffrance inhérente à la vie. Mais à la condition d'une écriture. Que la vie s'écrive, que la tragique s'écrive. À condition que l'aurore toujours revienne au « livre des jours », parce que le livre, parce que l'écriture est « jour ».

Vivre et écrire, pour le locuteur, ne font qu'un.

L'aube, « porte d'écriture » disait le premier vers, mais tout autant, semble dire la suite du poème, l'écriture est porte d'aube, elle ouvre sur l'éternité d'une vie en perpétuelle renaissance. L'écrit est une trace de lumière suspendue sur le fond noir des nuits, qui donne au jour son éclat, sa nouveauté, qui le fait naître. L'écriture est une aurore.

 

Merci RB pour ce beau poème.

 

brume
Portrait de brume
Hors ligne
Inscrit depuis : 12/10/2014
Bonjour RB

Elle est l'alliée dans la souffrance que peut procurer l'écriture,

l'aube inspiratrice, l'aube qui fait du bien à l'âme.

La reconnaissance et la bienveillance sont les émotions qui s'en dégage.

Une belle atmosphère, une belle originalité, rythme nonchalant.

J'aime beaucoup.

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires