Accueil

« Une île ? » me dites-vous.
«  Oui, mais une île particulière sur laquelle en venant de la mer vous n’avez pas le droit d’accoster. »
Vu sous cet angle, seule la voie des airs s’imposait.
Je me vis soudain, telle une sorcière à cheval sur son balai, prendre les vents portants jusqu’aux cabanes tchanquées.
Sur-le-champ, je me mis à l’ouvrage.
Dans mon atelier, de mes propres mains je travaillais d’arrache-pied pour fabriquer mon objet volant non identifié.
Une roue de vélo, quelques planches de bois, une ventilation d’auto et le tour fut joué.
À bord de mon éolienne, alors que je venais de quitter Arcachon pour rejoindre par les airs l’épicentre du bassin, Éole en partance pour Stromboli m’interpella surpris :
« Dis-moi mon amie, à la recherche de quel palais, sur ce drôle d’engin veux-tu donc te lancer ? Je peux t’aider si ça te chante ? »
Au Dieu joufflu, je tenais à témoigner ma reconnaissance :
 « Merci Éole pour ta proposition, mais rassure-toi, je ne manque pas d’air. Ma route s’arrête ici. Je suis arrivée. »
Un brin dégonflée, la Divinité fouilla du regard l’île au-dessous de ses pieds. Je perçus juste un cri d’elle :
« Diable ! Où est donc ta merveille ? Je ne vois rien ici-bas. Pas une tour ! Pas une flèche ! Seule une terre impudique offerte à tous les vents !  »
J’entrepris alors d’éveiller le Maître :
« Mon cher Éole ! Les quelques cabanes que tu aperçois, suffisent amplement à abriter les hôtes de ce lieu. Arrête donc ta course folle, lisse tes cheveux et souffle un peu.
Tu es ici sur l’île aux oiseaux.
 Écoute le philosophe. Pour que ta vie ne soit pas une erreur, ferme les yeux et laisse-toi bercer par leurs chants mélodieux. »

Thème proposé lors d’un atelier d’écriture à Bergerac (UTL : Université du Temps Libre).

Contraintes : voir ICI   

 

6
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 6 (2 votes)

Commentaires

Pepito
Hors ligne
Inscrit depuis : 08/12/2013
Hello Cfer (ouais, c'était

Hello Cfer (ouais, c'était facile ;=)

 
Forme : bon, pour vous avoir lu ailleurs, ça sent le vite fait ou le pas inspiré. ;)
Reste des délicieusetées genre : "en partance pour le Stromboli m'interpella surpris."
 
Fond : mimi, mais là encore peut mieux faire. Vous êtes victime de votre précédente excellence. ;=)
Reste un texte agréable à lire. Merci.
 
Pepito
 
PS : merci pour le "tchanquée"

L’écriture est la science des ânes (adage populaire)

A.Nonyme
Hors ligne
Inscrit depuis : 12/10/2014
bienvenue

       Bienvenue à cfer et à sa réputation d'humour qui a l'habitude de ne pas manquer d'air pour nous mettre en joie .

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
   Dis -moi c.fer, tu

 

 Dis -moi c.fer, tu exagères de dire à Eole de souffler un peu...Le malheureux n'a donc jamais de repos?

Comme tu le dis si bien, tu ne manques pas d'air!

 

 

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Je n'ai qu'un regret : que ce

Je n'ai qu'un regret : que ce soit aussi court. Éole devait avoir pris ses RTT (Rétention du vent Tous Temps).

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires