Accueil

Écoutez-moi,

 

N’écourtez pas les heures brèves,

J’ai tant de choses à vous dire,

Qu’en ce jour d’été qui s’achève,

Je suis plus pauvre qu’un esquire.*

 

Vos amis si pédants m’endêvent,*

J’aimerais être un simple cirre,*

Suspendu au bord de vos rêves,

Jusqu’à ce que la mort m’aspire.

 

Il se pourrait qu’un jour j’en crève,

Mais je ne veux amour dédire,

Et je m’en vais sans nulle trêve,

En lettre d’or mon vœu écrire.

 

Au soleil couchant sur la grève,

Sur le sable sans vous maudire,

J’attendrai que monte la sève,

En votre corps fait pour séduire.

 

N’écourtez pas les heures brèves,

Écoutez mon cœur qui soupire,

Car en cette nuit qui s’achève,

J’aimerais tant vous voir sourire.

 

 

Dax le 11 novembre 2014 

* Esquire : le plus bas titre de noblesse

* Endêver : mettre en rage

* Cirre : vrille de plante grimpante

 

5.616
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5.6 (5 votes)

Commentaires

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Il y manque juste un air de

Il y manque juste un air de cithare ou de luth (à votre convenance).

Le poème est équilibré et se laisse lire sans accroche. Les inversions signalées par Merseger ne m’ont pas gêné, peut-être parce que je suis coutumier du fait et que j’aime bien.

Juste deux remarques : inutile de rappeler le titre au début (sauf si nécessaire). D’habitude, je l’ôte en correction, mais là, j’ai eu un doute.

Ne signez pas vos poèmes quand ils passent par la sélection, quelle que soit la forme de la signature. Anonymat oblige.

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
 Quel beau et tendre

 Quel beau et tendre poème ! 

Le premier vers donne le ton et j'ai envie d'en faire ma devise! "N'écourtez pas les heures brèves."

Merci pour ce beau moment de poésie.

 

P.S: Juste un détail d'orthographe:"mon voeux". Au singulier je crois que voeu ne prend pas d'"x"...mais tout cela n'a guère d'importance dans un poème fait pour être dit, ou chanté, ou écouté...

merseger
Hors ligne
Inscrit depuis : 10/10/2014
Ecoutez-moi

Un beau poème d'amour, une humble supplique qui ne devrait pas manquer de toucher la belle fût-elle coquette et entichée de pédants qui vous assomment.

Le ton est tout à fait en phase avec l'idée et la coloration ancienne, presque médiévale tient à l'emploi de termes rares même si certains sont encore parfois utilisés (squire existe en anglais avec le même sens) et des procédés stylistiques (inversions) qui produisent leur effet mais sont peut-être un peu systématiques.

Il n'en est pas moins vrai que c'est un fort joli poème dans sa tonalité, sa construction, sa simplicité et bien évidemment son thème.

Bravo et merci.

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires