Accueil

La fleur se fane 
mais les rides sont absentes
le système fait son petit chemin
sinueux parfait sans obstacle sans problème
pas un petit caillou
respirer
respirer
c’est tout
b comme cycle
b comme eau
le néant emplit le cercle
autour de lui 
d’autres sont ronds 
comme la Terre
épanouis
c’est une question d’équilibre
peut-être

 

4.699998
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 4.7 (3 votes)

Commentaires

tanou
Hors ligne
Inscrit depuis : 06/03/2016
initial B

B comme Brume

B comme beauté

B comme beaucoup de poésie

B comme bravo

B comme j'aime

Ne demande pas ton chemin, tu risquerais de ne pas te perdre.

Croisic
Hors ligne
Inscrit depuis : 26/10/2014
Je suis en harmonie complète

avec votre poème.

Merci.

RB
Portrait de RB
Hors ligne
Inscrit depuis : 23/09/2014
La tristesse me va bien aussi...

Continue donc à publier, Brume....

Écrire, c'est se tenir à côté de ce qui se tait
Jean-Louis Giovannoni - extraits de Pas japonais

brume
Portrait de brume
Hors ligne
Inscrit depuis : 12/10/2014
Merci

J'avoue avoir beaucoup de mal à remercier les commentateurs tout simplement parce que je ne sais pas quoi dire, à part merci d'avoir déposé vos ressentis qui sont pour moi un plaisir immense à lire.

Ma spécialité est le spleen, j'essaie d'écrire des poèmes heureux, mais le bonheur est plus difficile à exprimer.

 

 

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Respirer, mais aussi dire et

Respirer, mais aussi dire et écrire... C'est vivre.

Louis P.
Hors ligne
Inscrit depuis : 12/10/2014
Nul équilibre entre le plein et le vide

Une femme, une femme encore dans la fleur de l'âge, « les rides sont absentes », mais avec cette

sensation de se faner, comme en une vieillesse prématurée. Jeune encore, elle manque à vivre, elle éprouve une insuffisance.

 

Elle se sent prise dans un « système », or un système est un ensemble qui fonctionne selon ses propres lois internes, c'est une sorte de mécanisme, d'automatisme ; elle a cette impression donc que sa vie fonctionne, tout va « son petit chemin », sans perturbations, « sans obstacle et sans problème », pas même « un petit caillou » pour obstruer le chemin. Tout avance sans anicroches, sans cahots, sans difficultés particulières.

Tout va, mais sans la maîtrise de son destin, dans un mécanisme de routine

Tout va, mais il manque l'essentiel, et rien ne va.

Cette femme ne vit pas, elle survit : « respirer / respirer / c'est tout ».

 

Tout avance, tout roule, par cycle, plus exactement par bicycle ( c'est sans doute ainsi qu'il faut comprendre le vers : «  b comme cycle »). Tout avance sur deux roues, deux cycles, deux « cercles » dont l'un est vide, l'autre plein.

L'un est vide : « le néant emplit le cercle », l'autre est plein : « épanoui ».

La femme encore dans la fleur de l'âge s'assimile au premier cercle. Un cercle qui roule, à vide.

 

Elle se comprend comme élément d'un tout dont l'équilibre exigerait du plein d'un côté, du vide de l'autre, équilibre résultant de ces deux opposés.

Cet équilibre des choses est perçu comme une nécessité, un ordre des choses contre lequel on ne pourrait rien, une fatalité, si bien qu'il serait vain de chercher à remplir sa vie.

 

Nul fatalisme, Brume. Il n'y a pas un tel "équilibre". Pas de résignation. Pas de folles espérances non plus, toujours déçues. Mais vouloir, mais donner de la force à sa volonté, mais agir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RB
Portrait de RB
Hors ligne
Inscrit depuis : 23/09/2014
Exister

quand on sait que...respirer suffit à vivre mais pas à lui donner du sens... que les mots, qui eux portent du sens, sont en satellite autour du néant...ma lecture d'un très beau poème, discrètement mélancolique...sans désespoir. A quoi dela servirait-il puisque tout est en équilibre ? Respirer.

 

Merci Brume ! Très beau texte.

Écrire, c'est se tenir à côté de ce qui se tait
Jean-Louis Giovannoni - extraits de Pas japonais

sirye oleudaré
Hors ligne
Inscrit depuis : 25/10/2014
Un texte assez

Un texte assez énigmatique.

Est-ce pour aller contre le jeunisme actuel ? Tout en douceur et subtilité.

Est-ce juste un petit poème posé là comme un oiseau léger sur une branche de pommier japonais ?

Est-ce quelque bulle (d'oxygène) dans un aquarium ?

Je pencherais pour l'analyse de K-tas-strof qui semble tout à fait juste et opportune.

Un beau petit poème, léger et bien déroulant.

Y-a-t'il un secret pour être et rester Brume ?

 

 

K-tas-strof
Portrait de K-tas-strof
Hors ligne
Inscrit depuis : 27/06/2014
B comme vous ?

B comme Brume,

Petite chose faisant partie de la vie, enfermée dans sa bulle, vit, "respirer" et trouve sa place, pour le meilleur ou pour le pire, comme chacun ici.

C'est ce que me dit vos vers, au creux de l'oreille

K

 

K'adore ou K'pitule ... des fois :-)

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires