Accueil

Si tu étais partie sur un voilier léger, frémissante d’envie pour des pays lointains

Et bien accompagnée par un seul passager

Qui aurait respiré dans ta mélancolie

L’envie de mariage, la peur de t’engager.

Si tu étais passée près de l’estaminet, où sous le souffle frais de son ventilateur,

Tu le savais, je t’attendais.

Je t’attendrais encore dans les éthers viciés de fumée et d’alcool.

Il ne me reste plus que de me souvenir des jadis, des avants,

De tes bras repliés sur tes jambes remontées, ta main dans tes cheveux que tu ébouriffais

Et de l’odeur du thé qui nous enveloppait.

Me souvenir encore,

Trompant les tentacules de l’absence, de la peur, de l’impuissance et du silence…

Des silences…

Des pirouettes lancées pour éluder, pour éloigner de toi, de moi, les mots qui auraient dit

Le vide et la souffrance.

Te voilà maintenant,

Marionnette tragique sous ton foulard doré,

Livrée aux hommes noirs venus pour t’emporter…

 

* un exercice proposé à l’atelier d’écriture de Bergerac (les dix mots sont en italiques).

 

6
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 6 (2 votes)

Commentaires

barzoï (manquant)
Si tu étais partie.

C'est extraordinaiire, je suis sans voix, au summum de l'émotion, merci La Poussière.

plume bernache
Hors ligne
Inscrit depuis : 09/10/2014
Je trouve ce texte très

Je trouve ce texte très puissant, par le choix des mots"les tentacules de l'absence, de la peur, de l'impuissance et du silence". Les trois derniers vers sont terribles...et c'est beau!

RB
Portrait de RB
Hors ligne
Inscrit depuis : 23/09/2014
Je dirais après vous lu(e),

Je dirais après vous lu(e), allez plus loin, plus condensé. Il y a beaucoup de choses déjà lues ailleurs même si, ici, assemblées autrement. Explorez votre audace dans ce désarroi.

Écrire, c'est se tenir à côté de ce qui se tait
Jean-Louis Giovannoni - extraits de Pas japonais

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Un texte qu’on lit sur la

Un texte qu’on lit sur la pointe des pieds, extrêmement émouvant avec toujours cette délicatesse que j’aime tant.

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires