Accueil

Confession, comme chaque soir,

Une bouffée de Marlboro entre deux maux,

Teck confie et Tonka danse.

S’offrant le lux d’être ce qu’elles veulent à la croisée des mondes,

L’une se réveille sur l’autre poussant la nuit de plus en plus tard.

 

Vont, le voyage heureux de porter la guêpière et le Camée à l’âme,

Une gorgée de scotch et l’odeur du pétard,

Faire une trêve sur les souvenirs.

 

Teck est Tonka le doigt sur la bouche.

Le temps d’oublier une journée mécanique,

Qu’il fait beau à minuit.

 

Une autre bouffée noire avant de plonger sous les mots,

À se raconter des heures de vies

Face à face. Tonka se lasse,

La paupière tombant sur le verre encore plein où l’alcool se noie,

Ses phrases divaguent.

 

Teck hait Tonka

Travestie, l’une sur l’autre, s’envient.

Petit à petit sur le divan,

Bascule fantaisie des idées orange pressée fleurie.

L’heure avance.

Teck & Tonka s’éloignent.

Le silence naît.

 

Je dors.

 

5.232
Votre vote : Aucun(e) Moyenne : 5.2 (5 votes)

Commentaires

barzoi (manquant)
Teck et Tonka

Vous sublimez le gris, j'aime beaucuop. 

brume
Portrait de brume
Hors ligne
Inscrit depuis : 12/10/2014
Bonjour K-tas-strof

J'aime l'histoire, le déroulé, le tableau.

Un décor en mouvement, pas du tout figé, il raconte, il vit: il y a des confidences, de la danse, de la jalousie, du scotch, la paupière tombant sur le verre, le divan, minuit...

Je visualise une scène qui pourrait être un extrait d'un film de music-hall et/ou trouble de l'identité, c'est décalé, esthétique, émouvant.

Je ne trouve rien à dire sur la ponctuation, je trouve qu'elle est bien placée dans l'ambiance, car justement "les phrases divaguent"

Merci pour cette belle histoire.

 

 

luluberlu
Portrait de luluberlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 24/12/2010
Vous écrivez comme vous

Vous écrivez comme vous peignez (ou l’inverse : c’est l’histoire de la poule et de l’œuf). Quoi qu’il en soit, peu importe. Ce qui est essentiel, c’est que votre poésie, prend sens comme un tableau (impressionniste) en train de se révéler, par petites touches. Au début, on ne sait pas trop, il faut s’éloigner, se rapprocher, partir et revenir autant de fois que l’envie nous en prend. Et puis, on trouve « Camée à l’âme » et des souvenirs écrits au calame. Probablement un peu parcheminés, aussi. Mais n’est-ce pas normal, puisque « Teck confie et Tonka danse ». Heureusement, lux nous éclaire et projette sur nous ses lueurs diffuses et diaphanes.

Juste un point de détail :

Teck est Tonka le doigt sur la bouche.

Le temps d’oublier une journée mécanique,

Qu’il fait beau à minuit.

Que j’aurai ponctué différemment :

Teck est Tonka le doigt sur la bouche.

Le temps d’oublier une journée mécanique :

Qu’il fait beau à minuit !

K-tas-strof
Portrait de K-tas-strof
Hors ligne
Inscrit depuis : 27/06/2014
chVlu.... "Bascule fantaisie

chVlu....

"Bascule fantaisie des idées orange pressée fleurie" n'est autre que le résultat de l'état de rêve, image irrationnelle, incohérente, l'impossible possible même grammaticalement. Pas de sens, juste des couleurs, des senteurs, des gouts et des images. Un mélange improbable au premier abord.

Néanmoins, votre proposition ne me déplait pas non plus.

 

Quant au Lux, il vient bien de celui du jugement intime, de ces masques qui tombent pour ne faire qu'un tout, asexué, fort et faible, noir et blanc, homme et femme, entier paradoxal.

De quoi s'arracher les cheveux non ?!

 

Merci d'avoir lu ce tête à tête quelque peu tiré par les.... ;)

Et à bientôt

K

K'adore ou K'pitule ... des fois :-)

chVlu
Portrait de chVlu
Hors ligne
Inscrit depuis : 23/06/2014
Entre deux eaux, trouble, où

Entre deux eaux, trouble, où les pensées se bousculent, télescopent, déforment puis s'enfuient à l'ennui dans la fuite des ennuis.

Etat des moi, à l'heure bilan du jour qui n'en finit pas.

 

Une sugestion : revoir "Bascule fantaisie des idées orange pressée fleurie"

 

soit en ponctuant, 

soit en accordant les propositions,

soit les deux

 

pour donner un sens premier qui n'interdise pas la vérité subtile et multiple. Allez j'ose un exemple de ma derniére insertion pour illustrer le propos :

 

Bascule fantaisie, une idée orange, pressée, fleurit

 

cheeky

 

Le lux est bien la mesure la qualité lumineuse du jugement intime ? ou un luxe qui craignant de n'être pas assez viril en devient fautif ?

 

 

Rajout aprés coup

 

OUPSSS J'avais pas vu le "je dors", et je dirais que j'avais pas vu à bon essient, pour une fois je trouve que ça va mieux sans le dire....

Sören Kierkegaard (1813-1855), Ce n'est pas le chemin qui est difficile, c'est le difficile qui est le chemin

Vous devez vous connecter pour poster des commentaires